/news/society
Navigation

Un tatoueur fera le tour du monde en 80 jours

Dave Z. James
Photo Courtoisie Le tatoueur Dave Z. James le 28 mai 2020 au Motel Le Victo de Victoriaville.

Coup d'oeil sur cet article

VICTORIAVILLE | Comme le personnage de Phileas Fogg, un tatoueur québécois compte effectuer le tour du monde en 80 jours, afin d’amasser des fonds pour des jeunes en difficulté. 

«C’est un projet qui demande une certaine folie, mais on a réussi à rassembler des gens fous pour le concrétiser», s’enthousiasme celui dont le nom d’artiste est Dave Z. James. 

L’homme de 48 ans, qui célébrera sous peu ses 30 ans de carrière dans le domaine du tatouage, avait ce projet en tête depuis quelques années déjà. Confiné chez lui avec sa famille depuis les dernières semaines à cause de la pandémie, il a eu le temps de se pencher davantage sur cette idée, afin de la concrétiser.

Ce voyage est une façon de rendre hommage à l’auteur Jules Verne qui a écrit Le Tour du monde en 80 jours, livre dans lequel un inventeur, Phileas Fogg, prouve qu’il est possible de faire le tour du globe en aussi peu de temps.

«Je ne voudrais pas voler la vedette à Jules Verne, alors il se pourrait que ça nous prenne 81 jours», lance à la blague le tatoueur qui est né à Toulon, en France, et qui est établi au Québec depuis 2002.

Le départ se fera de Montréal en juin 2021 et il visitera avec cinq membres de sa famille des villes comme Marseille, Paris, Zurich, Moscou, Taïwan, Los Angeles et Las Vegas.

Collaboration

Ses trois décennies passées dans le domaine du tatouage lui ont permis de se promener aux quatre coins de la planète et de se faire quelques bons contacts dans le milieu artistique. 

«Je suis en pourparlers avec des personnes qui étaient très proches de Johnny Hallyday, afin d’obtenir des objets qui lui appartenaient», a fait savoir Dave Z. James. Les artistes qu’il rencontrera feront don de leur objet de collection qu’il offrira lors d’un encan.

Ayant vécu dans la rue vers la fin de son adolescence pendant environ deux ans en France, il voulait à son tour aider les jeunes qui se retrouvent dans une voie qu’il a déjà connue.

«Je viens de ce milieu et c’était logique d’aider des organismes que je connaissais et dont je suis certain que l’argent ira vraiment à ceux qui en ont réellement besoin», explique-t-il.

Un party sera organisé dans la plupart des villes visitées et il en profitera pour faire connaître son métier à d’autres tatoueurs qui seront également présents pour la fête.

Les fonds ramassés seront remis aux organismes Dans la rue, de Montréal, et Trait d’Union, à Québec.