/opinion/blogs/columnists
Navigation

Des nouvelles de Cuba

Des nouvelles de Cuba
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

Ça y est ou presque... Les autorités cubaines ont annoncé avoir gagné la première manche de la lutte contre la COVID-19. Dans la journée de mercredi, 15 nouveaux cas ont été déclarés pour un total de 2295 cas confirmés, et on déplore malheureusement un décès, le premier depuis une semaine. Une majorité de provinces du pays affichent un score de 0 nouveau cas, la majorité des victimes du virus se concentrant maintenant dans la capitale havanaise.

En début de semaine, on a fait savoir comment allaient se dérouler les trois phases de la «recuperación», c’est-à-dire le retour à la normale. Mais, d’emblée, on a précisé que certaines mesures allaient demeurer en vigueur pour la population pendant les trois étapes de la recuperación, comme le port du masque sanitaire et l'espacement social. Seules deux provinces ne participeront pas, pour le moment, à ce retour à la vie normale de la phase un: La Havane, la capitale, dont on a célébré le 500e anniversaire en novembre dernier, et Matanzas, où se trouvent les complexes hôteliers les plus importants du pays. Dans ces deux provinces se concentrent la majorité des cas actifs du nouveau coronavirus. En dehors de ces deux territoires, on assistera à la reprise graduelle des activités économiques, culturelles et touristiques pour tous les Cubains.

Je sais que vous êtes nombreux à avoir promis de passer vos vacances 2020 au Québec, pour des raisons sentimentales, économiques, écologiques ou sanitaires, et aussi par patriotisme, par amour du pays québécois. Mais vous êtes aussi fort nombreux à rêver de plages sablonneuses et de mer chaude sous le soleil infaillible des tropiques. Une p'tite semaine de rêve consacrée à la plage, la piscine, la lecture, à construire des châteaux de sable avec les enfants, sans repas à préparer ni vaisselle à faire... Tout en sachant que vous contribuez ainsi à aider un pays qui en a grand besoin.

Voici, brièvement, les mesures qu’ont prises les autorités cubaines pour la réouverture du tourisme international. 

À partir du premier juillet, c’est-à-dire presque demain, les vols charters vont reprendre dans quatre endroits de l’île: Cayo Coco, Cayo Guillermo, Cayo Santa Maria et Cayo Largo del Sur. À votre arrivée à l’aéroport, vous devrez passer un test PCR en temps normal, avec résultats rapides, sur place. Si tout va bien, après avoir passé les contrôles douaniers et récupéré votre unique valise, vous serez acheminé vers un autocar qui vous conduira directement à votre hôtel. Le port du masque est facultatif, mais pas pour les employés de l’hôtel, qui se relaieront de sept jours en sept jours, pour votre sécurité et la leur.

Dans ces quatre endroits, vous ne pourrez pas effectuer d’excursions en dehors des périmètres des cayos. Donc, pas d’excursions à La Havane ou dans d’autres villes. Mais vous pourrez louer une voiture pour des balades locales, à la recherche de coins secrets et de plages désertes. Les activités nautiques demeurent inchangées: canot, pédalo et catamaran, avec pêche en haute mer et plongée sous-marine. Rassurez-vous, les hôtels n’afficheront pas complet, car on veut éviter les grandes concentrations de personnes. Chaque hôtel disposera d’un personnel médical attentif 24 heures par jour. Cela fait aussi partie du forfait «tout inclus».

Pas de Varadero pour l’instant. Lorsque la ville ouvrira son aéroport et ses plages, ce sera pour les hôtels situés à l’extrémité de la pointe, c’est-à-dire en dehors de la zone urbaine. On veut éviter tout contact avec la population, cela se comprend et rassure en même temps.

Quant à La Havane, où je suis depuis le début du mois de mars, les mesures de confinement y demeurent en vigueur. Les transports publics et privés (autobus et taxis) sont toujours interdits. Les piscines des hôtels demeurent fermées, tout comme les principaux commerces. À quand les premiers vols? Août? Septembre? En attendant, j’ai hâte de retrouver la Vieille Havane et de me baigner dans la mer tout près. 

Pour briser mon isolement, je me suis acheté une petite plante en pot. Elle s’appelle «rose du désert» et arbore de jolies fleurs roses. Vous irez voir sur Google. Et puis, la saison des mangues achève, mais celle des avocats débute. Je ne me plains pas. Je regrette seulement de ne pas pouvoir goûter aux fraises du Québec, les meilleures au monde. Quant aux bleuets, on verra...