/lifestyle/family
Navigation

Des solutions à vos problèmes au potager

Coup d'oeil sur cet article

L’un des plus grands défis liés à la culture des plantes comestibles est assurément la gestion des maladies ainsi que la prévention des attaques des insectes et des animaux ravageurs.

Certaines techniques comme le compagnonnage et la diversification des plantations permettent d’éviter certains problèmes. Plutôt que de planter les végétaux comestibles en rangées ou en massifs, optez plutôt pour une méthode de plantation plus naturelle misant sur une grande diversité végétale. 

Tomates aux extrémités noires

Pourriture apicale
Photo courtoisie, omafra.gov
Pourriture apicale

La pourriture apicale est un problème très fréquent chez la tomate. Il se caractérise par l’apparition d’une tache de couleur noire sur la pelure située sous le fruit à l’opposé du pédoncule. Ce problème est habituellement causé par une carence en calcium et non pas par un champignon.

Pour pallier cette carence, vous pouvez vaporiser du lait ou tout autre engrais liquide naturel riche en calcium à quelques reprises sur le feuillage de vos plants de tomates. Toutefois, comme dans le cas du craquement de la pelure, c’est plus souvent une faible humidité dans le sol qui est la cause du problème. Des arrosages réguliers et en profondeur permettent généralement de prévenir le problème. 

Blanc sur les feuilles des concombres

Plant de concombre affecté par le blanc.
Photo courtoisie, Jeff Kubina
Plant de concombre affecté par le blanc.

Si une sorte de feutre blanc grisâtre apparaît à la surface des feuilles de vos concombres, c’est fort probablement dû à la présence d’un champignon appelé blanc ou oïdium. Les concombres et les courges sont particulièrement sensibles à cette maladie dont les spores sont souvent dispersées par les insectes ravageurs comme la chrysomèle rayée. 

Contrairement à la plupart des maladies fongiques, la germination des spores du blanc est favorisée par le temps sec et elle est inhibée par la présence d’eau. Pour éviter que vos plantes comestibles soient affectées par cette maladie, il est conseillé de ne jamais les laisser se dessécher complètement. Arrosez-les régulièrement sans vous soucier de mouiller ou non leur feuillage.

Fleurs et feuilles de concombres dévorées

Photo courtoisie, Albert Mondor

Lorsque les fleurs et les feuilles des plants de concombres sont dévorées, il arrive fréquemment que le coupable soit la chrysomèle rayée. Il s’agit d’un insecte jaune marqué de bandes noires, dont la larve est rouge orangé, qui mange le feuillage et les fleurs de la plupart des plantes de la famille des cucurbitacées.

En plus de dévorer les plants, cet insecte est le vecteur de maladies comme l’oïdium et le flétrissement bactérien, disséminant partout où il passe ces maladies qui font jaunir, flétrir et sécher le feuillage des concombres et des courges.

Vous pouvez tenter d’éliminer les chrysomèles à l’aide d’un aspirateur d’atelier ou de protéger les plants infestés avec des vaporisations d’huile de neem (margousier) répétées.

Concombres cultivés sous une structure recouverte d’un agrotextile.
Photo courtoisie, Albert Mondor
Concombres cultivés sous une structure recouverte d’un agrotextile.

Toutefois, la meilleure solution demeure de cultiver les cucurbitacées sous un agrotextile. Lorsque les concombres, courges, courgettes et melons commencent à fleurir, enlevez l’agrotextile durant le jour afin de permettre aux insectes pollinisateurs d’avoir accès aux fleurs. À ce moment de la saison, les chrysomèles adultes s’attaqueront peu ou pas à ces plantes puisqu’elles seront parties ailleurs faute de nourriture. 

Trous dans les feuilles de chou

Piéride du chou adulte
Photo courtoisie, Albert Mondor
Piéride du chou adulte

La piéride du chou est un papillon de couleur blanche dont la larve est une chenille verte qui dévore principalement le feuillage des choux et de certaines plantes qui en sont proches parentes, telles que le kale et le brocoli. Cette chenille se nourrit habituellement en début d’été et provoque l’apparition de nombreux trous dans les feuilles de ces végétaux.

Durant la période où les chenilles sont les plus actives, vous pouvez faire une vaporisation hebdomadaire de Bacillus thuringiensis var. kurstaki, habituellement vendu sous le nom de Btk. Cette bactérie qui vit naturellement dans le sol produit une toxine affectant le système digestif des chenilles qui l’ingèrent. En conséquence, les chenilles cessent de s’alimenter après quelques heures et meurent dans les jours qui suivent. Cet insecticide biologique est donc efficace lorsque les chenilles sont encore jeunes et qu’elles se nourrissent. Le Btk n’a toutefois aucun effet sur les piérides du chou adultes (papillons). 

Carottes trouées et déformées

Carottes trouées et déformées par la larve de la mouche de la carotte.
Photo courtoisie, grovesnurseries.co.uk
Carottes trouées et déformées par la larve de la mouche de la carotte.

La mouche de la carotte est un petit insecte ailé de 5 à 6 mm de longueur qui pond ses œufs sur les racines de la carotte. Les larves, qui sont blanches, dévorent les carottes en y creusant des trous et des galeries. Cette mouche pond habituellement ses œufs en deux vagues successives. La première ponte a lieu vers la fin de mai et la seconde, plus dévastatrice, se produit en août ou au début de septembre.

Certaines études ont démontré que le fait de couper ou de toucher beaucoup le feuillage des carottes aurait pour effet d’attirer la mouche de la carotte. Plutôt que d’éclaircir les plants en coupant ceux en surplus à l’aide de ciseaux, il est préférable d’espacer le semis le mieux possible et, ensuite, de laisser tous les plants en place sans faire d’éclaircissage afin d’éviter d’attirer la mouche de la carotte. 

La façon la plus efficace d’éviter que les carottes soient la proie de cet insecte est de les recouvrir d’un agrotextile, particulièrement au moment de la deuxième ponte en fin d’été.

Écureuils s’attaquant aux tomates

Écureuil gris
Photo courtoisie, Albert Mondor
Écureuil gris

Bien qu’il ait un faible pour les tomates, l’écureuil gris grignote aussi les fruits et les bourgeons de nombreux autres végétaux comestibles, et il semble prendre un malin plaisir à déterrer les rhizomes et les bulbes de certaines plantes telles que les tulipes. 

Pour éloigner les écureuils de votre jardin, il y a tout de même quelques solutions qui s’offrent à vous. La première consiste à vaporiser sur les plantes attaquées un répulsif commercial, tel que Bobbex-R par exemple. 

La seconde option consiste à recouvrir vos plantes potagères d’un agrotextile ou d’un grillage métallique aux mailles fines dès le début de saison, et ce, jusqu’au moment de la récolte. Assurez-vous cependant de disposer l’agrotextile ou le grillage sur une structure ou de solides arceaux.

La troisième et dernière solution consiste à installer dans votre potager un arroseur muni d’un détecteur de mouvement.  

Ail, oignons et poireaux qui dépérissent

La teigne du poireau pond ses œufs en trois vagues successives, soit en mai, à la fin de juin et au début de juillet ainsi qu’en août. Les chenilles blanches qui naissent ensuite se nourrissent avec voracité des feuilles de l’ail, du poireau et de l’oignon. Elles pénètrent éventuellement dans le bulbe ou au cœur des plants – ce qui favorise aussi l’entrée de la pourriture – et les font dépérir.

Il est assez facile de prévenir les attaques de la teigne du poireau en protégeant les plantes sensibles avec des agrotextiles. Cependant, si cet insecte fait des ravages dans votre jardin, vous n’aurez alors d’autre choix que de faire quelques vaporisations de Bacillus thuringiensis var. kurstaki (BTK), comme dans le cas d’une invasion de piérides du chou.

Le calendrier du jardinier 

Travaux à effectuer à la fin de juin 

  • Débuter la fertilisation des plantes potagères et fleurs annuelles cultivées en contenants. 
  • Éliminer régulièrement les fleurs fanées des vivaces et des annuelles afin de prolonger la floraison. 
  • Tuteurer les grandes vivaces. 
  • Tailler les conifères à écailles comme les thuyas (cèdres). 
  • Vérifier régulièrement si les plantes potagères sont attaquées par des insectes et des maladies.