/news/coronavirus
Navigation

Dernière mise à jour :

Suivez les derniers développements
Voir les derniers chiffres >

Québec

Nombre de cas

Canada

Nombre de cas

Monde

Nombre de cas

Décès

COVID-19 dans les pénitenciers fédéraux: plus de cas chez les détenus du Québec

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA – Le Québec a été le principal foyer de la COVID-19 pour les détenus sous responsabilité fédérale.

C’est ce qu’a fait savoir le Bureau de l’enquêteur correctionnel dans sa mise à jour sur la COVID-19 pour les services correctionnels fédéraux publiée vendredi.

«Dans l’ensemble, depuis le début de la pandémie, il y a eu 360 cas confirmés de COVID-19 chez les détenus sous responsabilité fédérale, ce qui représente environ 2,7 % de la population carcérale totale (n = 13 245)», a indiqué dans un communiqué l'enquêteur correctionnel, Ivan Zinger.

Selon l’analyse du Bureau, 64,2 % de la population de détenus infectés par la COVID-19 étaient des détenus de la Belle Province.

N’empêche, la situation chez détenus sous la responsabilité d’Ottawa se serait stabilisée au Québec de même que partout ailleurs. Ainsi, il n’y avait, en date de vendredi qu’un cas actif connu dans l’ensemble du pays.

Selon l’enquêteur, près de 1300 tests de dépistage de la COVID-19 ont été faits dans des établissements correctionnels fédéraux, ce qui correspond à environ 10 % de la population carcérale totale.

L’éclosion de nouveau coronavirus est contenue dans cinq pénitenciers, a-t-il ajouté. Trois d’entre eux ont fait l’objet de dépistages massifs. C’est le cas notamment de l’Établissement Joliette pour femmes, mais aussi du Centre fédéral de formation, un établissement carcéral à sécurité minimale de Laval.

Deux détenus ont toutefois perdu leur combat contre la maladie.

Le décès le plus récent est celui d’un homme dans la soixantaine survenu le 3 mai au Centre fédéral de formation. SCC a souligné «le fait que cet établissement du Québec abrite également une proportion élevée de personnes âgées (environ la moitié de la population est âgée de plus de 50 ans)».

Dans le cas du personnel, même si le Bureau de l’enquêteur correctionnel ne déclare pas publiquement le nombre de contaminations, il a toutefois laissé entendre que «la majorité de ces cas sont maintenant considérés comme résolus ou rétablis».

Par ailleurs, l'enquêteur Ivan Zinger compte se rendre dans des établissements de l’Ontario et du Québec, pour «procéder à des inspections courtes, mais ciblées», et ce, dès qu’il sera sécuritaire de le faire.

M. Zinger a par ailleurs recommandé que Service correctionnel Canada (SCC) «effectue un examen épidémiologique relatif à la COVID-19 avant septembre 2020».

Profil démographique

Le rapport dresse aussi un profil démographique des cas positifs. Ainsi, «la majorité des cas concernaient des hommes (83 %) blancs ou de race blanche (61,6 %) logés dans des établissements à sécurité moyenne (86 %)».

L’âge moyen des personnes contaminées était de 45,7 ans (âge médian = 46 ans), l’âge variant de 21 à 83 ans. La plupart des cas purgeaient leur première peine fédérale et purgeaient une peine moyenne de 3,69 ans.

«Il convient de souligner qu’il y a un nombre important de détenus inuits qui ont contracté le virus, comparativement à leur représentation dans la population carcérale», a spécifié le Bureau, précisant que la majorité des cas positifs à la COVID-19 mettant en cause des détenus inuits se sont produits dans un établissement du Québec.

Un résumé pertinent de la journée,
chaque soir, grâce aux diverses
sources du Groupe Québecor Média.