/news/coronavirus
Navigation

Dernière mise à jour :

Suivez les derniers développements
Voir les derniers chiffres >

Québec

Nombre de cas

Canada

Nombre de cas

Monde

Nombre de cas

Décès

La course aux remèdes: des résultats attendus d’ici la fin du mois pour la colchicine

Elle permettrait de neutraliser les effets dévastateurs de la COVID-19

Dr Jean-Claude Tardif Institut de cardiologie de Montréal
Photo courtoisie Dr Jean-Claude Tardif Institut de cardiologie de Montréal

Coup d'oeil sur cet article

Les résultats positifs d’une étude sur un stéroïde anti-inflammatoire contre la COVID-19 donnent espoir aux chercheurs montréalais à la tête d’une vaste recherche sur la colchicine. Les résultats de ce projet sont attendus d’ici la fin du mois.

• À lire aussi: La course aux remèdes: la guerre au virus se poursuit

« On est un peu entre deux chaises », admet le directeur du projet d’étude sur la colchicine, le Dr Jean-Claude Tardif. 

Avec son équipe de chercheurs de l’Institut de cardiologie de Montréal (ICM) et leurs partenaires, ils ont pratiquement trouvé tous les cobayes. 

Mais le médecin est toujours dans l’attente de résultats provenant du conseil de sécurité indépendant qui supervise l’étude. 

« Ce n’est pas juste le nombre de participants. C’est qu’il y a une série d’analyses intérimaires qui doivent être faites par le comité de sécurité de l’étude. Ce n’est pas que je vous cache quelque chose, je ne connais pas les résultats moi non plus », plaide l’expert. 

Stopper la tempête inflammatoire

La colchicine est un anti-inflammatoire déjà existant sur le marché qui, selon la thèse de l’équipe, permettrait de neutraliser les effets dévastateurs de la COVID-19 chez les personnes vulnérables. 

Peu coûteuse, cette molécule stopperait la tempête inflammatoire qui entraîne des hospitalisations et provoque parfois la mort.

« On devrait avoir les premiers résultats vers la fin de juin. Et là, on verra s’ils sont intérimaires ou finaux. Mais, c’est sûr qu’on va dire quelque chose avant la fin du mois », promet-il.

À la tête de la vaste étude sur la colchicine, le Dr Tardif est toutefois très confiant, surtout depuis le dévoilement d’une étude sur le dexamethasone, un médicament de la famille des stéroïdes. 

Le dexamethasone a réduit d’un tiers la mortalité chez les malades les plus gravement atteints par la COVID-19.

Ce médicament est d’ailleurs utilisé dans de nombreuses indications pour son effet anti-inflammatoire très puissant.

« On est optimiste »

Les résultats positifs de ce médicament ont gonflé d’espoir le Dr Tardif et son équipe. « On est optimistes », dit-il. 

Les effets positifs de ce médicament se limitent cependant aux personnes qui sont intubées et dans un état critique.

Pour la colchicine, le Dr Tardif souligne qu’elle serait efficace afin de prévenir les hospitalisations et réduire ces complications.

« Évidemment que pour nous, ce sont de très bonnes nouvelles », dit le chercheur. 

L’étude en bref 

Dr Jean-Claude Tardif Institut de cardiologie de Montréal
Le Journal de Québec

 

  • La colchicine provient d’une fleur d’automne qui s’appelle la colchicine.  
  • Elle a un effet anti-inflammatoire.   
  • Elle est habituellement prescrite pour le traitement de la goutte.  
  • Coût : 1 $ par jour pour le traitement. 
  • 6000 cobayes pour l’étude partout dans le monde. 
  • Une subvention de Québec de 5,4 M$ pour l’étude. 
  • Une subvention de 3 M$ de la Fondation Bill et Melinda Gates. 
  • Partenariat avec l’Institut de santé national américain (National Institutes of Health). 
Un résumé pertinent de la journée,
chaque soir, grâce aux diverses
sources du Groupe Québecor Média.