/opinion/columnists
Navigation

Que fêtons-nous à la Saint-Jean?

Coup d'oeil sur cet article

En cette année pandémique, la Saint-Jean ne se passera pas normalement.

D’abord, elle se fera sans grands rassemblements. Les Québécois qui aiment fraterniser pour célébrer leur pays devront se tenir loin les uns des autres, sécurité sanitaire oblige. 

Ensuite, parce que nous sortons d’une tempête médiatique américaine qui a occupé tout notre espace mental depuis quelques semaines. On sent le malaise chez certains artistes associés au spectacle qui ne sont pas loin de s’excuser d’être Québécois.

Fierté 

Prenons néanmoins le problème avec un peu de hauteur. 

La question est souvent revenue, au fil des ans : pourquoi devrions-nous être fiers d’être Québécois ? 

La réponse devrait venir spontanément : plus de quatre siècles après notre implantation en Amérique, nous sommes toujours là ! 

Et nous y sommes non pas à la manière d’une minorité folklorique, mais comme un peuple bien vivant, qui remporte à chaque génération ce pari insensé : maintenir sa différence vitale, fondamentalement francophone, aux marches de l’empire le plus puissant de notre temps. 

Certes, notre peuple a connu son lot d’échecs. 

L’échec de l’indépendance a fait mal à notre fierté. Notre peuple a souvent envie d’abandonner. De laisser tomber. De s’angliciser. 

Mais toujours, au fil de l’histoire, est venue la réaction vitale de ceux qui refusent la fin de notre épopée. Elle vient d’une poignée de résistants qui disent non à notre assimilation, qui se lèvent, qui tiennent tête, qui acceptent les injures et les crachats, et qui incarnent ainsi la promesse de notre redressement. 

Écoutez Les idées mènent le monde, une série balado qui cherche a éclairer, à travers le travail des intellectuels, les grands enjeux de sociétés.

Histoire

Chaque fois qu’une jeune âme apprend une chanson de Gilles Vigneault, de Félix Leclerc, de Louis-Jean Cormier ou de Fred Pellerin, le Québec renaît et reprend vie. 

Le Québec incarne à sa manière la cause de la diversité humaine. Et la meilleure manière de nous ouvrir au monde sera toujours d’enfin devenir maîtres chez nous. 

Ce sera une belle Saint-Jean malgré tout.