/weekend
Navigation

Souvenirs du 24 juin

Coup d'oeil sur cet article

Le 24 juin est une date bien spéciale pour plusieurs Québécois et les artistes qui prendront part au grand spectacle de la fête nationale ne font pas exception. Le Journal en a questionné dix sur l’importance de la Saint-Jean-Baptiste et sur les meilleurs souvenirs qu’ils gardent de cette célébration.

• À lire aussi: Une fête nationale pas comme les autres

Que représente la date du 24 juin pour vous ?   

Pierre Lapointe

Pierre Lapointe et Ariane Moffatt avaient coanimé le grand spectacle sur les Plaines, l’an dernier.
Photo d'archives, Pascal Huot
Pierre Lapointe et Ariane Moffatt avaient coanimé le grand spectacle sur les Plaines, l’an dernier.

« Ce sont des centaines de souvenirs. De beaux souvenirs. Je peux repasser toute ma vie en revue en me remémorant mes fêtes nationales. Et je sais que c’est la même chose pour plusieurs Québécois. »

Didier Lucien

« Au-delà de vouloir unir tous les Québécois, le 24 juin était une fête qui célébrait le solstice d’été, symbolisant la puissance fertilisante du Soleil et le rite de passage saisonnier. »

Richard Séguin

« Une fête pour dire qu’on est là, debout, un peuple unique, francophone et métissé, dans cette mer d’Amérique. Des gens venus de partout qui se racontent le pays du Québec avec leurs légendes, leurs histoires et leurs espoirs. »

Ariane Moffatt

« Un rappel au calendrier que je suis chanceuse d’être née et de vivre ici, au Québec, un territoire qui est loin d’être parfait, mais où on peut vivre et rêver librement. »

Marie-Michèle Desrosiers

Marie Michèle Desrosiers avec Véronic DiCaire à la fête nationale de 2007, à Montréal.
Photo courtoisie
Marie Michèle Desrosiers avec Véronic DiCaire à la fête nationale de 2007, à Montréal.

« La fête de tous sans exception. » 

Émile Bilodeau

« C’est vraiment le moment pour me rappeler mes allégeances politiques et aussi ma fierté de partager une culture qui a un désir de s’émanciper de jour en jour. Je trouve que le 24 juin, c’est le bon moment pour nous féliciter de persister et d’exister en tant que peuple francophone en Amérique du Nord. »

Lara Fabian

« Un moment de l’année où mon cœur de Québécoise d’adoption rentre en résonance avec ce pays qui m’a accueillie comme une de ses enfants. »

David Goudreault

« Évidemment, de nombreuses fêtes un peu partout au Québec, selon les époques de ma vie. Mais surtout de grands sourires, de grands cris, de grandes chansons et d’immenses rencontres. »

Fred Pellerin

Photo courtoisie

« Le 24 juin est une étoile dans le calendrier pour le rassemblement, pour la fête, pour la joie... Depuis quelques années, au village [de Saint-Élie-de-Caxton], on a créé La grande tablée : installée sur la rue Principale, une table longue pouvant accueillir 400 convives. Et chacun qui se pointe à l’apéro avec un élément de repas à partager. L’immense symbole qu’est celui de manger ensemble ! Le repas s’étire et tranquillement s’installe la musique. Cette fête du 24 juin trouve son sens dans le rassemblement, pour moi. » 

Quel est votre souvenir le plus mémorable d’une Fête nationale ?  

Pierre Lapointe

« Définitivement l’an dernier. Après la présentation du spectacle sur les Plaines, on s’est tous retrouvés dans la suite d’Ariane [Moffatt]. Les techniciens, les artistes, les amis... et on a fait la fête. Une fête où tout le monde s’est mélangé. C’était une soirée parfaite où on a dansé et ri comme jamais. » 

Ariane Moffatt

« Mes premiers gros shows de musique, enfant, les yeux comme des trente sous, sur les épaules de mon père, fier nationaliste, sur les plaines d’Abraham. »

Émile Bilodeau

Émile Bilodeau entouré de Guylaine Tanguay, Andréanne A. Malette et Annie Villeneuve, à l’occasion de la fête nationale de 2018 sur les plaines d’Abraham, à Québec.
Photo courtoisie
Émile Bilodeau entouré de Guylaine Tanguay, Andréanne A. Malette et Annie Villeneuve, à l’occasion de la fête nationale de 2018 sur les plaines d’Abraham, à Québec.

« Quand j’ai fait les Plaines il y a deux ans, c’était quelque chose, du point de vue professionnel, personnel et humain. J’aimerais que tous mes shows soient comme ça : 60 000 personnes avec un drapeau québécois qui chantent des tounes qu’elles connaissent par cœur ! C’est sûr que c’était un bon moment. »

« Il y a aussi quelque chose qui est arrivé à une Saint-Jean à Longueuil, quand j’avais 10 ou 11 ans. J’avais mes collants du Québec, ma trottinette et j’avais vu Michel Pagliaro pour la première fois. Je pense que c’est vraiment là que j’ai associé la Saint-Jean avec découverte de la musique. C’était impressionnant de voir cet homme mythique qui déplace de l’air, avec une grosse barbe. »

Roch Voisine

Roch Voisine sur les plaines d’Abraham en 2016.
Photo courtoisie
Roch Voisine sur les plaines d’Abraham en 2016.

« Historiquement, je suis plutôt habitué à être invité aux fêtes du Canada, mais c’est toujours avec plaisir que je participe à la fête nationale du Québec quand on m’y invite ! Je dirais que ma dernière participation sur les Plaines, à Québec, c’était quelque chose de grandiose ! » 

Richard Séguin

Richard Séguin au parc Maisonneuve, en 2013.
Photo courtoisie
Richard Séguin au parc Maisonneuve, en 2013.

« C’était dans les années 1980. J’ai vu Gaston Miron le 24 juin chanter et jouer de l’harmonica sur une petite estrade de fête de quartier. Il était là, souverain, avec sa joie, sa poésie, sur la place publique, parmi les siens. »

« Une poétesse m’a raconté un jour qu’un immigrant lui avait dit avoir reçu un précieux héritage : une chanson que son père lui avait transmise. Elle coulait dans ses veines comme le sang de ses ancêtres. Elle était pour lui un lieu, un abri où il pouvait puiser la force pour continuer dans les moments difficiles. J’aime savoir qu’une chanson peut aussi être utile de cette façon. »

Fred Pellerin

« Je me rappelle les Saint-Jean de mon enfance. La parade de chars allégoriques, les feux de joie, le chansonnier Luc Riopel sur une remorque à foin, notre trésor de bouteilles vides à aller échanger au dépanneur pour s’acheter de la gomme, l’heure de dodo repoussée tard dans la nuit... Ce sont de si beaux souvenirs pour moi que j’ai participé à recréer tous ces moments pour que les enfants actuels du village puissent eux aussi s’inventer d’aussi beaux souvenirs ! » 

David Goudreault

David Goudreault a lu le discours patriotique sur les plaines d’Abraham, en 2017.
Photo courtoisie
David Goudreault a lu le discours patriotique sur les plaines d’Abraham, en 2017.

« C’est il y a quelques années, quand j’ai écrit le discours officiel de la fête nationale et que j’ai déclamé ça sur les Plaines avec plusieurs artistes que j’admire depuis mon enfance. Voir des Michel Rivard, Luce Dufault, Laurence Jalbert, Richard Séguin et aussi Karim Ouellet prendre mes mots et les faire vivre devant plusieurs milliers de mes compatriotes, c’était un grand moment de partage et de fierté. »

Lara Fabian

« Mon souvenir le plus mémorable est probablement un souvenir où j’ai fêté cette journée-là parce que j’étais loin du Québec... et qu’il me manquait. Malgré le fait que je vivais en Belgique, à ce moment-là, j’ai eu envie de célébrer cet attachement que j’ai pour la plus belle des provinces du monde, notre Québec. » 

Didier Lucien

« Selon moi, mon souvenir le plus mémorable d’une fête nationale ne se trouve pas dans le passé. Les Québécois sont en devenir et nonobstant certains discours, le meilleur est à venir. »