/world/opinion/columnists
Navigation

G7? G8? G11? Plus on est de fous, plus on s’amuse!

TOPSHOT-CANADA-G7-SUMMIT
Photo d'archives Donald Trump discutant avec la chancelière allemande Angela Merkel et entouré d’autres dirigeants du G7 lors d’une réunion du sommet du G7 à La Malbaie, en juin 2018.

Coup d'oeil sur cet article

En temps normal, les dirigeants des pays les plus industrialisés seraient réunis – à ce moment précis, ici à Washington – pour faire le point sur certaines des crises les plus graves que le monde ait connues depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Le sommet du G7 a dû être reporté. Ça ne s’est pas fait. Et avant longtemps, ça ne se fera plus.

Les membres de ce club sélect, dont le Canada, se partagent, en rotation, l’organisation de la rencontre annuelle. C’est d’ailleurs à peu près le seul moment de l’année où l’on entend parler du groupe. L’actualité a ramené en mémoire, cette semaine, la dernière fois que le Canada a assumé cette responsabilité : le désastreux sommet de Charlevoix en 2018.

Les tensions, déjà fortes entre le Canada et les États-Unis à cause des tarifs imposés à l’acier et l’aluminium canadiens, avaient dégénéré après le départ de Donald Trump et les critiques renouvelées de Justin Trudeau en conférence de presse. Les divergences avaient poussé Peter Navarro, conseiller du président américain, à clamer qu’il existait un endroit spécial en enfer pour des gens comme Trudeau.

IGNORANT ET VENGEUR

John Bolton, ancien conseiller à la Sécurité nationale de Donald Trump, revient sur ce sommet et apporte, selon les extraits publiés de ses mémoires The Room Where It Happened, un nouvel éclairage sur un moment immortalisé par une série de photos où les leaders font face au président américain qui les regarde les bras croisés.

Sur la défensive ? Pensif ? Têtu ? Inflexible ? Non ! Bolton raconte que Trump n’était tout simplement pas préparé pour ce sommet et ne comprenait pas les enjeux. Ça donne le vertige, juste à y penser.

L’organisation du sommet du G7 revient, cette année, aux Américains. Et malgré la pandémie, le président y tient ; mieux encore, comme le confirmait sa secrétaire de presse : « Le président pense qu’il n’y aurait pas de meilleur exemple de réouverture dans cette transition vers la grandeur que la tenue du G7 en personne ici. »

Donald Trump a été stoppé dans son élan par la chancelière allemande : trop tôt, selon Angela Merkel, pour réunir les sept dirigeants et les centaines de membres de leur entourage. Tout est reporté en septembre, mais le président américain est en beau fusil et la rumeur court que c’est pour punir Merkel qu’il a annoncé la réduction de moitié des troupes américaines basées en Allemagne.

OUVRIR LES PORTES

Le président américain flirte aussi avec l’idée de chambarder ce regroupement de pays riches. « Le G7 ne représente pas correctement ce qui se passe dans le monde. », affirmait-il récemment à un groupe de correspondants à bord d’Air Force One, l’avion présidentiel. Il n’a pas tort.

Il songe à inviter l’Inde, la Corée du Sud et l’Australie – de solides démocraties – mais aussi la Russie, s’abandonnant une nouvelle fois à sa fascination pour Vladimir Poutine, un leader fort comme il les aime.

Cette idée-là ne passera pas, Canadiens et Britanniques ont carrément dit non. Une autre va finir par avoir le dessus : on ne peut plus laisser d’immenses nations se débattre à défendre la démocratie et l’économie de marché et rester – nous, les plus riches – au-dessus de nos affaires. 

De G7 à G20... avec toutes les variétés 

G7 | Groupe des sept pays les plus industrialisés (depuis 1975)

  1. Canada
  2. États-Unis
  3. Japon
  4. France
  5. Royaume-Uni
  6. Italie
  7. Allemagne 

G8 : (de 1997 à 2014)

  • G7 plus la Russie, exclue après l’invasion de la Crimée

G10 : Les 10 plus grandes démocraties

  • G7 plus l’Inde, la Corée du Sud et l’Australie
  • Une idée dont le premier ministre britannique Boris Johnson fait la promotion

G11 : Le G7 amélioré, selon le président Trump

  • G7 plus l’Inde, la Corée du Sud, l’Australie et la Russie

G20 : 19 plus grandes économies plus l’Union européenne (depuis 1999)

  • 90 % du produit mondial brut
  • 80 % du commerce mondial
  • 2/3 de la population mondiale