/news/health
Navigation

Des résidences désertées par leurs employés au profit des CHSLD

Coup d'oeil sur cet article

Un propriétaire de résidences privées pour aînés (RPA) en a assez de se faire plumer. Non seulement des préposés l’ont quitté pour obtenir un meilleur salaire en CHSLD, mais une infirmière a aussi déserté pour aller former les futurs préposés à 49 000 $ !

• À lire aussi: Des organismes incapables de garder et d’attirer des préposés

Quelques jours après la séduisante annonce de recrutement de préposés aux bénéficiaires du gouvernement Legault pour pallier la pénurie de main-d’œuvre dans les CHSLD, trois de ses employés ont choisi d’aller suivre la formation accélérée.

« Ils déplacent le problème. On est en pénurie de main-d’œuvre, on a une pandémie qui s’ajoute à tout ça et ils viennent nous voler des employés pour régler le problème dans leurs CHSLD », déplore un propriétaire de RPA de la région de Québec qui a requis l’anonymat pour éviter d’inquiéter les familles de ses résidents.

Les préposés, qui étaient payés 16 $ l’heure dans ses établissements, ont choisi de faire un plus gros salaire au public.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Au dernier instant

Mais la cerise sur le gâteau, c’est le départ précipité d’une infirmière pour aller former les futurs préposés du public. 

Cette dernière n’aurait été informée qu’elle était choisie pour enseigner que quelques jours seulement avant le début de la formation accélérée de trois mois.

« Non seulement ils viennent nous chercher du personnel, mais ils viennent les chercher à la dernière minute, en plus. Ils savaient très bien que cette infirmière travaillait dans une RPA et ils la prennent pour aller donner une formation à des préposés qu’ils nous ont volés », déplore le propriétaire.

Pris de cours, ce dernier a dû recourir aux services d’une agence de placement, une option qu’il préfère généralement éviter en temps de pandémie. Les employés d’agences naviguent de résidence en résidence, rappelle-t-il. 

Selon lui, la CAQ n’a pas suffisamment réfléchi avant d’annoncer en grande pompe le recrutement alléchant de 10 000 préposés aux bénéficiaires pour contrer la pénurie de personnel dans les CHSLD.

Il est d’avis que Québec aurait dû d’abord prévoir un plan d’aide pour les RPA en précisant ses intentions quant à la prime COVID-19 de 4 $ l’heure actuellement versée aux préposés du privé. Si le gouvernement avait annoncé le maintien de cette prime à long terme, les préposés auraient été moins tentés de déserter le privé, estime-t-il.

Le ministère de l’Éducation n’a jamais répondu au sujet du nombre d’aspirants préposés choisis pour suivre la formation accélérée qui provenaient des RPA.