/news/coronavirus
Navigation

Dernière mise à jour :

Suivez les derniers développements
Voir les derniers chiffres >

Québec

Nombre de cas

Canada

Nombre de cas

Monde

Nombre de cas

Décès

Du «masque bashing» au Québec?

Coup d'oeil sur cet article

Avec les récentes bonnes nouvelles concernant l’évolution de la pandémie au Québec, plusieurs bonnes habitudes ont fondu comme neige au soleil avec le retour des températures estivales, même que certains vont jusqu’à invectiver ceux qui respectent les consignes de santé publique. 

• À lire aussi: Débordements au parc des Cascades: le maire de Rawdon passe à l’action

Les images en provenance des chutes de Rawdon, dimanche, sont un bel exemple du relâchement observé par de nombreux citoyens et experts au sein de la population. Un comportement qui est risqué aux yeux de l’urgentologue Alain Vadeboncoeur.

«Tant mieux si, chez nous, ça va mieux actuellement, mais imaginer que tout ça est derrière nous et changer complètement nos comportements, malheureusement, c’est jouer un peu avec le feu», prévient-il.

Il s’inquiète particulièrement de la faible adhésion au port du masque, qui s’observe facilement dans les rues du Québec, même dans les zones les plus touchées.

«Il y a tout un débat qui est en train de s’envenimer de façon assez désagréable, note le Dr Vadeboncoeur. Il y a des gens qui se font ni plus ni moins écœurer parce qu’ils portent le masque. Comme si le masque était quelque chose qu’on ne veut pas voir.»

«C’est quand même assez fabuleux parce que le masque sert essentiellement à protéger les autres. C’est un signe de respect», regrette-t-il.

Le port du masque n’a toujours pas été rendu obligatoire par Québec et les récentes statistiques sur l’évolution de la pandémie ne risquent pas d’encourager le gouvernement à l’imposer à court terme, selon le Dr Vadeboncoeur. Il s’agit néanmoins d’une arme supplémentaire que pourrait déployer la santé publique lors d’une deuxième vague.

Car la probabilité d’éviter une deuxième vague est très faible, rappelle-t-il.

«Ça serait une première dans les grandes pandémies, dit-il. Dans ces pandémies, il y a des deuxièmes vagues.»

Un résumé pertinent de la journée,
chaque soir, grâce aux diverses
sources du Groupe Québecor Média.