/opinion/columnists
Navigation

La marque des Rumble Bees

Rumble Bees
Photo courtoisie Brett Leggat est l’un des neuf gardiens de but qui ont porté les couleurs des Rumble Bees de Battle Creek, lors de la dernière saison.

Coup d'oeil sur cet article

Ça vous fera de la peine, mais je dois vous l’apprendre.

Les Rumble Bees de Battle Creek, au Michigan, viennent de mettre fin à leur invraisemblable histoire d’une seule saison dans la Ligue fédérale des espoirs, le circuit de hockey professionnel le plus faible en Amérique du Nord. 

Les Rumble Bees auront passé à l’histoire en enregistrant le pire dossier jamais inscrit chez les pros. Ils ont disputé 48 matchs et n’en auront gagné qu’un seul. 

Quarante-cinq revers en temps réglementaire et deux autres en prolongation. 

Quand ça va mal ! 

Un Montréalais se démarque

Curieusement, leur meilleur marqueur a été Stavros Soilis, un attaquant originaire de Montréal qui a joué une partie de son hockey mineur au Lac Saint-Louis. Lui, il a dû la trouver longue la saison écourtée.

Située à mi-chemin entre Chicago et Detroit, Battle Creek est une ville presque de la même taille que Drummondville où se trouve notamment la grande usine des céréales Kellogg’s. 

Le hockey est extrêmement populaire. 

On comptait développer un club amusant aux couleurs des abeilles, les joueurs étant vêtus en noir et jaune. 

Ils sont vite devenus la risée, surtout lorsqu’ils ont raté un match à cause d’une panne de l’autocar. 

Ils ont passé neuf gardiens de but et un total de 64 joueurs en 45 rencontres. Un seul instructeur, Adam Stio, qui, vendredi dernier, apprenait que l’aventure était terminée pour lui et tout le reste.

Les désormais célèbres Rumble Bees ne feront plus de bruit, ils ont achevé la saison avec une moyenne de 353 spectateurs à leurs rencontres.

De l’enclave 

  • Selon Forbes, l’Argentin Lionel Messi, menant spectaculairement l’attaque de Barcelone au soccer, est maintenant l’athlète le mieux payé de la planète. Il empoche autour des 128 millions par année avec ses contrats de pub et de représentation. 92 millions en salaire.
  • Parti en voyage de pêche et kayak au lac au Sorcier (Réserve Mastigouche), Pierre Morin, de Varenne, et sa douce flamme étaient tourtereaux, tirant la toute mini roulotte vers des sites secrets. Nous habitons le plus beau pays du monde.
  • C’est presque la panique. L’ouverture des arénas, même à des conditions bizarres (douches interdites) a semé une véritable frénésie. Nous, les Bonhommes Sept-Heures, recommençons à jouer les mercredis, vendredis et aussi les dimanches dès cette semaine.
  • Un seul joueur de centre a marqué plus de 50 buts dans l’histoire du Canadien. Je vous donne deux indices. Son prénom est Pierre et son nom de famille finit par « arouche ».
  • Vous souvenez-vous de l’instructeur Mike Keenan ? Il a dirigé huit équipes dans la LNH et deux autres dans la Ligue continentale russe. Il a gagné la coupe Stanley avec les Rangers de 1994 et il a également remporté la coupe Gagarine avec le Metallurg de Magnitogorsk, que vous avez tous suivi comme des malades, en 2014. Non ? Ah bon !
  • Les gens avaient le choix entre un Fatbike du Canadien, des Maple Leafs, des Bruins, des Nordiques, des Red Wings, des Blackhawks, des Rangers ou des Pinguoins. C’est au Québec qu’il s’est vendu le plus de ces 1500 Fatbikes de la LNH. Le Canadien en tête, on en a même expédié un en Italie et un autre en Chine. Les Bruins et les Leafs ont aussi été très populaires et le fabricant s’en vient avec celui des Oilers, qui est en demande.
  • La plupart des professionnels du monde du hockey utilisent « hockeydb.com » pour leur recherche sur internet. Essayez ça. Sinon, Pro Sports Transactions.
  • Un ailier gauche de 200 livres. On le disait lent. Sous les ordres de Pat Burns en 1986, il venait d’enregistrer le joli total de 191 points avec les Olympiques de Hull. Au repêchage de juin, rendu en neuvième ronde, les Kings de Los Angeles se sont dit : « Tiens, on va prendre une chance. » Ils ont choisi Luc Robitaille... 1394 points dans la LNH. Une chance qu’il n’était pas rapide.
  • Si vous allez pêcher à la réserve Mastigouche, je vous souhaite de tomber sur le préposé et gardien Christian Gauthier. Une soie sur un « frame » de 6 pieds et 7.