/news/transports
Navigation

La station du REM s'appellera Griffintown–Bernard-Landry

La station du REM s'appellera Griffintown–Bernard-Landry

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL | La station du Réseau express métropolitain (REM) qui sera construite dans le secteur du bassin Peel ouvrira deux ans après ce qui était prévu sur l’échéancier initial.

La mise en service du segment du REM entre Brossard et le centre-ville de Montréal est toujours prévue pour la fin 2021. Toutefois, les trains n'arrêteront pas à la station Griffintown–Bernard-Landry avant la fin 2023. C'est ce qu'a confirmé le directeur exécutif aux Affaires corporatives et développement de CDPQ Infra, Harout Chitilian, lundi après-midi, en marge de l'annonce confirmant le nom de cette station.

«On va compléter la construction de cette station alors que le REM sera en service», mentionne M. Chitilian. Ce dernier précise que les équipes de construction disposeront d'une plage horaire de quatre heures chaque nuit lors de l'arrêt des trains afin d'assembler la station au-dessus du pont.

CDPQ Infra refuse cependant de parler de retard étant donné la complexité de l'emplacement de la station qui était initialement prévue au sud du canal de Lachine. Elle se trouvera finalement entre les rues Ottawa et William, dans l'arrondissement du Sud-Ouest, à environ 800 mètres de la Gare Centrale, comme le rapportait le Journal de Montréal en novembre dernier.

Les gens qui voudront prendre le train léger de la Caisse de dépôt et placement dans le secteur de Griffintown avant 2023 devront se rabattre sur les stations Gare Centrale ou Île-des-Sœurs.

Un nom rassembleur

La station portera le nom Griffintown–Bernard-Landry. C'est un souhait devenu réalité pour la mairesse de Montréal; en novembre dernier, Valérie Plante avait exprimé le désir de nommer la future station du REM en hommage à l'ex-premier ministre péquiste décédé en 2018.

À l'époque, quelques voix s'étaient élevées pour dénoncer le choix du nom d'un politicien indépendantiste dans un quartier connu pour son histoire fortement liée à la communauté irlandaise.

Mais c'est surtout la proximité avec la Cité du Multimédia qui a motivé ce choix. À titre de ministre d'État à l'Économie et aux Finances sous le gouvernement de Lucien Bouchard, Bernard Landry a su convaincre l'entreprise française Ubisoft de s'installer à Montréal en 1997.

Spécialisée dans la conception de jeux vidéo, la multinationale emploie aujourd'hui plus de 4500 travailleurs dans ses studios de Montréal, de Québec et de Saguenay.

M. Landry a également joué un rôle dans le rayonnement de l'industrie du jeu vidéo dans la métropole grâce, entre autres, à l'instauration du crédit d'impôt pour la production de titres multimédias. 

«Cette station nous permet [...] de reconnaître l'importante contribution de Bernard Landry au développement de notre ville, jouxtant la Cité du Multimédia, devenue le symbole de la vision économique audacieuse de notre ancien premier ministre, et dont nous mesurons encore l'impact aujourd'hui», a souligné la mairesse lundi.