/news/green
Navigation

Les Canadiens ne veulent plus du plastique à usage unique, selon Oceana Canada

GEN-SACS-PLASTIQUE
Joël Lemay / Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Les Canadiens désirent que le gouvernement de Justin Trudeau respecte sa promesse de bannir les plastiques nocifs à usage unique d’ici la fin de l’année, selon un sondage commandé par Oceana Canada.

• À lire aussi: Le plastique de retour en force grâce à la COVID-19

Environ 86% des répondants veulent qu’Ottawa maintienne son engagement, d’après le coup de sonde d’Abacus Data réalisé du 2 au 6 juin dernier, en ligne, auprès de 1800 Canadiens.

«Cette étude démontre que les Canadiens, plus que jamais, veulent un avenir sans plastiques à usage unique nocifs, a déclaré Kim Elmslie, directrice de campagne chez Oceana Canada par communiqué. Nous souhaitons, sans équivoque, que le gouvernement canadien mette rapidement en œuvre des mesures efficaces pour mettre fin au fléau grandissant du plastique.»

Les écarts entre les différentes régions du pays sont insignifiants puisque la province où l’appui est le plus marqué est la Colombie-Britannique avec 88%, tandis que l’Alberta et le Québec sont à la traîne à 85%.

Les femmes (88%) sont davantage pour le bannissement que les hommes (84%).

Les personnes âgées de plus de 60 ans (91%) sont nettement plus en faveur que les autres groupes d’âge. Les 30-44 ans sont les moins enthousiastes avec un appui de 81% pour cette initiative.

Un document du ministère de l’Environnement du Canada publié en janvier dernier révèle que 29 000 tonnes de déchets de plastique avaient été jetées en 2016. Pas moins de 86% ont fini dans des sites d’enfouissement.

Le document mentionnait que les risques que pose le plastique pour les animaux et les écosystèmes sont indéniables.

Ottawa devait dresser la liste complète des produits spécifiques qu’il promet d’interdire, qui pourrait inclure les sacs, les pailles et les ustensiles en plastique. Ottawa n'a pas besoin de déposer un projet de loi à cet effet et peut intervenir par voie de règlement.