/entertainment/shows
Navigation

Opéra de Montréal: la Traviata et Jenufa reportés

L’Opéra de Montréal redessine sa saison 2020-2021

Patrick Corrigan, directeur de l'Opéra de Montréal
Photo Agence QMI, Mario Beauregard Patrick Corrigan, directeur de l'Opéra de Montréal

Coup d'oeil sur cet article

L’Opéra de Montréal a pris la décision de reporter ses deux productions d'envergure qui devaient être à l’affiche à l’automne. La Traviata et Jenufa seront reprogrammées lors de la saison 2021-2022.

Ces deux opéras de grande envergure sont impossibles à présenter en respectant les normes établies récemment par la CNESST en ce qui concerne les arts de la scène.

La Traviata de Verdi devait être présentée les 26 et 29 septembre et les 1er et 4 octobre. Jenufa, du compositeur tchécoslovaque Leos Janacek était prévu les 14, 17, 19 et 22 novembre.

«Il faut être réaliste. Avec 200 artistes et artisans en arrière-scène et deux productions qui demandent des mois de préparation, c’est impossible d’y arriver dans le respect des consignes sanitaires autant sur scène, dans la fosse d’orchestre, qu’en arrière-scène. Il faut penser à la santé de tout le monde», a indiqué, lors d’un entretien, Patrick Corrigan, directeur général de l’Opéra de Montréal.

La décision de reporter ces deux œuvres n’a pas été facile à prendre.

«Il fallait prendre une décision avant le 15 juin afin de pouvoir nous redéployer et être en mesure de développer une programmation appropriée et en respect avec les mesures sanitaires et de distanciation. Ce sont des productions que nous avons développées avec des partenaires, qui nous appartiennent et on a hâte de les présenter», a-t-il fait savoir.

Une occasion

Patrick Corrigan voit ce moment comme une occasion.

«C’est triste, mais on peut aussi avancer et ça, c’est important. On veut que les artistes puissent avoir la chance de travailler et de gagner leur vie. Nous voulons aussi demeurer près du public», a-t-il fait remarquer.

La saison 2020-2021 sera constituée de quatre programmes.

Le doublé La voix humaine & L’hiver attend beaucoup de moi, qui devait être présenté en mars dernier, se déploiera devant un public réduit à l’automne. Les dates seront dévoilées en septembre.

La première mondiale de l’opéra québécois La beauté du monde, de Julien Bilodeau et Marc Michel Bouchard, sera à l’affiche les 20, 22, 24, 26, 28 et 30 mars au Théâtre Maisonneuve.

Les noces de Figaro seront présentées les 8, 11, 13 et 16 mai, à la Salle Wilfrid-Pelletier. Le doublé Riders to the Sea et une nouvelle création québécoise de Hubert Tanguay-Labrosse et Olivier Kemeid, en collaboration avec le Ballet Opéra Pantomime et Ie Musici de Montréal, clôturera la saison, les 22 et 23 mai, au Monument-National.

Patrick Corrigan souhaite que les choses puissent se dérouler comme prévues. Tout en étant conscient qu’une deuxième vague pourrait frapper en novembre.

«C’est une période de réouverture et d’adaptation où il y a uniquement des inconnus. Il y a toujours des craintes et il faut s’adapter. Il y aura une relance et on la souhaite plus tôt que possible», a-t-il expliqué.

Baisse de revenus

L’Opéra de Montréal a encaissé une baisse de 1,1 million de ses revenus de billetterie pour la saison 2019-2020.

L’annulation des cinq représentations de la Flûte enchantée qui devait être présentée en mai a provoqué une perte de revenus très importante. Cet opéra représentait 40% de la billetterie de la saison 2019-2020. 

«C’était une production exceptionnelle. Son annulation soudaine a aussi amené des frais coûteux», fait savoir le directeur général.

Le report de La Traviata et de Jenufa amènera nécessairement une baisse importante de revenus pour la saison 2020-2021. 

«L’Opéra est choyé de pouvoir compter sur une communauté philanthropique florissante. Notre forme d’art a besoin du soutien de ses généreux donateurs afin de poursuivre sa lancée artistique. C’est cet appui indispensable qui permettra à la compagnie de garder le cap cette saison», a précisé Patrick Corrigan.

L’Opéra de Montréal travaille à mettre en place une programmation en ligne à l’automne. 

«C’est une belle occasion pour nous et ça fait partie de notre stratégie de relance. On pense à cinq ou six captations de haute qualité que l’on pourrait offrir. On aimerait en présenter trois à l’automne», a mentionné Patrick Corrigan.