/news/coronavirus
Navigation

Dernière mise à jour :

Suivez les derniers développements
Voir les derniers chiffres >

Québec

Nombre de cas

Canada

Nombre de cas

Monde

Nombre de cas

Décès

Victoriaville n'en est pas à sa première pandémie

Coup d'oeil sur cet article

VICTORIAVILLE | Alors que Québec va chercher, le moment venu, une façon de rendre hommage aux victimes de l'actuelle pandémie, à Victoriaville, on le fait déjà pour celles de la terrible grippe espagnole survenue il y a 102 ans.

Au centre-ville, les passants remarquent une plaque commémorative dévoilée au centenaire de l'évènement en 2018 par la Commission des lieux et monuments historiques du Canada. On y lit que la pandémie a fait 50 millions de morts à travers la planète, dont 50 000 au Canada.

«Le manque de coordination nationale entre les autorités militaires, politiques et sanitaires [a freiné] les efforts des médecins, des infirmières et des bénévoles», y est-il précisé. D'ailleurs, le ministère fédéral de la Santé avait justement été créé dans la foulée de cette pandémie.

Victoriaville avait constitué l'un des principaux foyers d'éclosion de la pandémie en raison de la présence en ses murs de 40 000 visiteurs du Canada et des États-Unis qui participaient à un congrès eucharistique.

La ville avait été durement frappée. Dans le vieux registre des sépultures de la paroisse Sainte-Victoire, l'abbé Pierre Proulx constate que le nombre de décès avait grimpé en flèche entre septembre et novembre 1918.

L'abbé Proulx est favorable à ce qu'un geste commémoratif soit posé pour la COVID-19, mais en temps et lieu seulement. «On est encore pas mal dedans. Je pense qu'il faut attendre un peu que ça soit résorbé, lorsqu'on aura trouvé le vaccin».

Une deuxième vague de la grippe espagnole était survenue au printemps 1919. Les ravages avaient toutefois pu être contenus.

Un résumé pertinent de la journée,
chaque soir, grâce aux diverses
sources du Groupe Québecor Média.