/news/politics
Navigation

La présidente de la Fédération des femmes du Québec démissionne

Coup d'oeil sur cet article

La controversée présidente de la Fédération des femmes du Québec (FFQ), Gabrielle Bouchard, a remis sa démission vendredi dernier, a annoncé l'organisation mardi.

Dans une courte déclaration publiée sur le site internet de la FFQ, Mme Bouchard se limite à expliquer qu'elle a mis un terme à son mandat après «mûre réflexion». Elle n'a toutefois offert aucune piste d'explication pour justifier son départ inattendu.

«Je tiens à vous remercier pour ces quelques années et mois de militance et de changement de culture intenses et résolument féministes», a écrit l'ex-présidente aux membres de la FFQ, tout en évoquant «les temps difficiles que nous vivons».

Gabrielle Bouchard a suscité la controverse à quelques reprises avec ses prises de position publiques. Notamment, en janvier dernier, celle-ci avait affirmé sur Twitter que «les relations de couple hétérosexuel sont vraiment violentes» et qu'il était «peut-être temps d'avoir une conversation sur leur interdiction et abolition».

Ces propos avaient amené le ministre du Travail, Jean Boulet, à envisager de revoir le financement de la FFQ, une idée finalement rejetée par le premier ministre Legault après que Mme Bouchard eu présenté ses excuses.

L'ex-présidente de la FFQ avait aussi accusé le quotidien Le Devoir de «justifier la pédophilie» après la publication d'une chronique sur la saga entourant Gabriel Matzneff et avait suscité un tollé en qualifiant le port du voile de badass dans la foulée du débat entourant le fameux coton ouaté porté par la députée solidaire Catherine Dorion à l'Assemblée nationale.