/misc
Navigation

Les républicains contre Trump: une force majeure en 2020

Les républicains contre Trump: une force majeure en 2020
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Les groupes indépendants formés de républicains dissidents, absents en 2016, seront un facteur important du paysage électoral américain en 2020.

Si vous parcourez les réseaux sociaux ou si vous affectionnez les postes de nouvelles américains sur le câble, vous êtes sans doute déjà bombardé de publicité électorale et vous avez noté un phénomène remarquable et relativement nouveau cette année: les publicités électorales de groupes de républicains anti-Trump sont partout.

Leurs publicités féroces joueront un rôle particulièrement important dans le paysage politique de 2020 qui était absent en 2016 en renforçant l’acceptabilité de voter contre Donald Trump même si on s’identifie depuis toujours au Parti républicain.

De 2016 à 2020, le paysage a évolué

En effet, la plupart des études de l’élection de 2016 ont démontré que Donald Trump a gagné dans une large mesure parce qu’il a été capable de compter sur la fidélité des électeurs républicains qui ont voté en bloc en sa faveur à cause de leur identité partisane. Il a pu profiter de cet avantage même si plusieurs éléments de son programme contredisaient les positions du parti (sur le commerce et l’immigration, par exemple) et même si son comportement personnel violait toutes les normes conservatrices. Si on ajoute à cela le fait que la candidate Hillary Clinton symbolisait tout ce que les républicains détestaient avec passion dans le parti opposé, on avait le cocktail parfait: Donald Trump pouvait compter sur le vote identitaire républicain quoi qu’il dise et quoi qu’il fasse.

En 2020, le paysage n’est plus le même. Premièrement, Joe Biden ne suscite pas les mêmes sentiments viscéraux chez les républicains de longue date que déclenchait la moindre évocation de la personne d’Hillary Clinton. Deuxièmement, si les républicains conservateurs qui s’opposaient aux dérives autocratiques de Trump et doutaient de sa capacité de gouverner en 2016 pouvaient espérer que sa présidence puisse être maintenue dans le droit chemin par la présence «d’adultes dans la pièce» et par le jeu d’équilibre des institutions, ces illusions ont complètement disparu en 2020.

Battre Trump pour sauver le Parti républicain

Il existe parmi l’intelligentsia conservatrice d’allégeance normalement républicaine une crainte légitime qu’une seconde victoire de Trump consacrerait la métamorphose de leur parti en parti populiste autoritaire de droite, dangereux à la fois pour les piliers de la démocratie libérale américaine et pour certaines priorités chères à la droite républicaine traditionnelle. Bref, il est parfaitement sensé de s’opposer à Donald Trump pour assurer la possible renaissance du Parti républicain.

C’est ce sentiment de menace à la survie de leur conception du républicanisme qui motive ces groupes à s’immiscer dans la campagne. Comme plusieurs de ces républicains sont également des stratèges politiques de talent et d’expérience qui ont développé au maximum l’art de la publicité négative, leur contribution à la campagne n’est pas le fait d’amateurs. Ils savent ce qu’ils font et ils savent à qui leurs publicités s’adressent.

Project Lincoln

Les plus efficaces de ce groupe sont les membres du Project Lincoln, des pros politiques d’expérience comme Rick Wilson, Steve Schmidt, et George Conway (mari de Kellyanne Conway, proche conseillère de Trump; j’aimerais bien être une fleur sur la tapisserie de ce beau foyer...). Leurs publicités sont d’une efficacité désarmante et visent deux buts très clairs. D’abord, ils souhaitent activer dans l’esprit des républicains la notion qu’il est tout à fait possible de se dire républicain et de voter contre Trump. 

Accessoirement, mais pas sans importance, ils visent aussi spécifiquement à tomber sur les nerfs de Donald Trump. C’est pourquoi ils consacrent une bonne partie de leur budget à placer leurs annonces sur la chaîne Fox News à Washington pendant les programmes que Trump regarde assidûment.

Cette annonce parue à la suite du rassemblement de Tulsa atteint parfaitement ces deux objectifs. Elle montre un président affaibli et pousse le sarcasme jusqu’à faire coïncider la voix de la narratrice qui dit «smaller than we expected» pendant qu’on voit un plan rapproché des mains de Trump. Tout le monde sait que ce dernier est particulièrement sensible aux commentaires qu’on peut faire sur la taille de certaines parties de son anatomie et le fait que ce soit une femme qui souligne sa faiblesse a dû le rendre encore plus furieux.

Ils ont aussi produit cette pub remarquablement efficace à partir de la déclaration de Trump selon laquelle il avait commandé une réduction du nombre de tests de dépistage de la COVID-19 parce que le grand nombre de cas détectés font mal paraître son administration.

Mobiliser les républicains pour battre Trump

Un autre groupe qui sera à surveiller est Republican Voters Against Trump, qui renforce un message crucial dans l’annonce suivante en donnant la parole à des républicains ordinaires qui annoncent leur intention de voter pour la première fois de leur vie pour un candidat démocrate à l’élection de 2020. Il n’y a rien comme de se faire dire par des gens qui nous ressemblent qu’il est correct de poser un geste qui normalement serait considéré inacceptable. C’est le genre de message que la campagne de Biden ne pourrait pas diffuser elle-même.

Ils ne sont pas les seuls. Pendant la campagne, je vais parler une fois de temps en temps dans ce blogue des meilleures publicités diffusées de part et d’autre. Il semble déjà acquis que ces deux groupes seront assez bien représentés.

En 2016, il n’y avait pratiquement pas de porte-parole républicains qui pouvaient transmettre efficacement aux républicains un message bien simple: une fois n’est pas coutume; c’est OK de voter contre Donald Trump pour le bien du Parti républicain. Il ne serait pas du tout inconcevable que ce genre de message fasse la différence en novembre.