/opinion/blogs/columnists
Navigation

Sans tambour ni trompette

Coup d'oeil sur cet article

Bonne Saint-Jean sans majorettes! Dommage, pour une fois, il promettait de faire beau et chaud.

Pas de défilé à regarder passer, entassés sur les trottoirs et le long des rues. 

On ne se chicanera pas non plus sur les plaines d’Abraham ou à la place d’Youville. Pas de spectacle au parc Jean-Drapeau. 

On ne verra pas les irréductibles, debout sous la pluie battante, agiter leur fleurdelisé en chantant avec Paul Piché. 

Cette année, la fête se fera autrement, sur nos écrans. Une Saint-Jean où nous serons chacun chez soi, unis dans le déconfinement. 

Nous chanterons dans notre salon avec Martha, Ariane, Pierre... Peut-être même que les Bleu Jeans Bleu nous demanderont si on est «ben dans not’coton ouaté». 

Le 23 au soir, tous les réseaux de télévision diffuseront le spectacle tant attendu de la Saint-Jean... sans spectateurs. 

D'une certaine manière, c’est la fête qui sera confinée puisque le spectacle se déroulera à huis clos. 

Des festivités à l’image de cette pandémie: du jamais-vu! 

Nous serons plus sages que les Français qui, eux, ont complètement fait fi des mesures sanitaires pour se regrouper en masse lors de la Fête de la musique le week-end dernier. 

Raisonnables certes, mais contents que tout ait été mis en œuvre pour sauver ce moment de l’année cher aux Québécois de tous les horizons. Car c’est un jour qui nous rassemble et nous unit, dans le plaisir de partager un repas, une bière, un spectacle. 

Un de ces beaux jours de nos étés qui passent toujours trop vite. 

Et vous? Où étiez-vous l’an dernier à pareille date? 

Nous étions dans les Laurentides avec ma vieille. Elle portait une robe d’été bleue comme le drapeau et nous l’avions affublée d’un chapeau western bleu royal avec une fleur de lys! Elle s’était gentiment prêtée au jeu. 

Il faisait un temps superbe, on a planté notre petit drapeau du Québec sur le balcon. On a pris quelques photos, rigolé, bu du rosé. Une journée paisible qui se mirait dans le bleu du lac. Un bel après-midi qui paressait avec délice dans les herbes folles. 

À des années-lumière de ce que cette année 2020 nous réservait. 

Aurions-nous dû savourer ces instants avec plus de ferveur? 

Oh que oui! La vie passe, nous aussi, avec les étés... 

Autant que faire se peut, cette Saint-Jean 2020, je vous la souhaite festive et gourmande de tous les plaisirs. 

À vous tous qui me lisez, bonne Saint-Jean!