/news/currentevents
Navigation

Une mère sauvée de la noyade par la bienveillance de baigneurs

La femme s’était aventurée avec ses enfants, son conjoint et des amis dans la rivière Saint-François

FD-NOYADE-DRUMMONDVILLE
Photo Agence QMI, Éric Beaupré Valérie Rochefort aurait pu se noyer dans la rivière Saint-François à Drummondville, dimanche, si de bons samaritains n’étaient pas venus la secourir.

Coup d'oeil sur cet article

Sur son lit d’hôpital, une Drummondvilloise ayant frôlé la mort par noyade avait peine à trouver les mots pour remercier les bons samaritains qui l’ont secourue dans la rivière Saint-François, le week-end dernier.

• À lire aussi: Mort tragique d’un petit garçon

• À lire aussi: Noyade à Roxton Pond

« Une chance qu’ils étaient là, a lancé Valérie Rochefort, 33 ans, encore secouée par les événements. J’ai tellement de gratitude envers eux. Je ne sais pas comment les remercier. » 

Dimanche, elle s’est rendue sur le bord de la rivière Saint-François, à Drummondville dans le Centre-Québec, avec ses enfants, son conjoint et des proches pour se rafraîchir. 

« L’eau étant basse, on a voulu traverser la rivière pour jouer dans les petits rapides. On voyait plein de gens le faire. »

La journée a pris une tournure dramatique quand elle a mis le pied dans une section du cours d’eau de la rivière où elle ne touchait plus le sol. 

Marki St-Germain et Marie-Ève Gaudet s’apprêtaient à mettre leur kayak à l’eau, au parc des Voltigeurs, lorsqu’ils ont entendu crier à l’aide. 

« Je suis partie en courant vers eux. Des adultes tentaient de sortir trois enfants d’une partie creuse, mais ils s’épuisaient. La dame essayait de nager avec sa fillette sur le dos, mais sa tête s’enfonçait toujours plus dans l’eau », décrit Mme Gaudet. 

Inconsciente

La scène s’est déroulée rapidement. Mme Gaudet a pris l’enfant de 7 ans dans ses bras, puis elle a tenté d’aider Mme Rochefort. Peu de temps après, son mari, M. St-Germain, est arrivé avec un kayak, qui a servi de bouée de sauvetage. 

« On a mis Valérie sur le kayak pour la transporter hors de l’eau. Des gens m’ont aidé à pousser l’embarcation », explique M. St-Germain.

Sur la berge, une dame a fait la réanimation cardio-respiratoire (RCR) à Mme Rochefort, qui était inconsciente.

« À l’arrivée des ambulanciers, elle avait craché son eau et repris connaissance », se souvient M. St-Germain. 

Jamais sans sa veste

L’intervention rapide et la vivacité des gens sur place l’ont sauvée, assure Francis Brisebois, coordonnateur aux communications du service ambulancier Dessercom. 

« Je rappelle l’importance des cours de RCR. Ça peut sauver des vies, comme dans ce cas-ci », souligne l’ambulancier.

Valérie Rochefort, qui reprenait des forces hier, ne compte pas retourner à l’eau sans veste de sauvetage. 

« J’espère que cette histoire pourra servir de leçon », a-t-elle insisté.

Si elle a évité la mort in extremis, tous n’ont pas eu cette chance. Un enfant de 3 ans s’est noyé hier dans la piscine familiale à Québec.

En date d’hier, la Société de sauvetage recensait 30 noyades en 2020, comparativement à 21 à pareille date l’an dernier.