/world/america
Navigation

Brésil: les contaminations en hausse après le déconfinement

Brésil: les contaminations en hausse après le déconfinement
AFP

Coup d'oeil sur cet article

RIO DE JANEIRO | Le rythme des contaminations de coronavirus a repris sa courbe ascendante au Brésil après le déconfinement progressif dans certains États, jugé précipité par les spécialistes. 

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie

• À lire aussi: Virus: l’OMS prévoit 10 millions de cas la semaine prochaine, le pic pas atteint en Amérique

• À lire aussi: En Amérique latine, la COVID-19 décime les communautés indigènes

Mercredi, ce pays de 212 millions d’habitants a enregistré en 24 heures son deuxième plus grand nombre de contaminations, avec 42 725 nouveaux cas confirmés, pour un total de 1 188 631 personnes infectées depuis le début de la pandémie.

Le Brésil est le deuxième pays le plus touché au monde après les États-Unis, par le nombre de contaminations, mais aussi par celui des décès, avec 1 185 nouvelles morts recensées mercredi, soit 53 830 au total.

« La courbe brésilienne est encore fortement ascendante », estime Domingos Alves, responsable du Laboratoire de recherche sur la Santé (LIS) de l’Université de Sao Paulo (USP).

Brésil: les contaminations en hausse après le déconfinement
AFP

« Nous sommes toujours dans la première vague, avec un nombre de contaminations et de décès en forte croissance », insiste ce chercheur, membre du collectif de spécialistes Covid-19 Brasil, qui réalise des projections à partir des statistiques officielles, largement sous-estimées selon les scientifiques.

Les deux États les plus touchés, Sao Paulo et Rio de Janeiro (tous deux dans le Sud-est), ont recensé respectivement 284 et 142 décès de Covid-19 en 24 heures lors du dernier bilan officiel. Sao Paulo avait enregistré mardi un record de morts quotidiennes (434).

Les courbes semblaient pourtant avoir atteint un plateau en fin de semaine dernière dans ces deux États, où les autorités locales avaient lancé un déconfinement progressif début juin.

Auparavant, pendant deux mois, seuls les commerces considérés comme essentiels (pharmacies, supermarchés) pouvaient ouvrir, mais aucune mesure coercitive n’a été prise pour forcer la population à rester chez elle.

À présent, les écoles restent fermées, les restaurants ne peuvent vendre qu’à emporter, mais les centres commerciaux ont rouvert leurs portes depuis deux semaines.

Brésil: les contaminations en hausse après le déconfinement
AFP

Pour Domingos Alves, cette réouverture est précipitée, l’OMS ne recommandant le déconfinement qu’après plusieurs semaines de baisse du nombre des décès et des contaminations. « On envoie la population à l’abattoir », avertit-il.

L’État de Minas Gerais, voisin de ceux de Rio et Sao Paulo, envisage d’imposer un confinement plus strict après avoir également assoupli ses mesures de restrictions. Mardi, 54 nouveaux décès liés à la Covid-19 y ont été recensés, un record, contre 51 mercredi.

La situation commence également à s’aggraver dans le sud, où l’hiver austral vient de débuter.

À Curitiba, capitale de l’État du Parana, les autorités ont tiré la sonnette d’alarme, avertissant que le système de santé pourrait être saturé si la population ne respectait pas le confinement.

La situation s’est en revanche améliorée à Manaus (nord), dans l’État d’Amazonas, où elle était cauchemardesque en mai, avec des fosses communes dans les cimetières et des camions frigorifiques pour entreposer les cadavres à la sortie des hôpitaux.

L’hôpital de campagne installé à Manaus a été fermé cette semaine et l’Amazonas a enregistré 24 nouveaux décès mercredi et seulement huit mardis.