/news/society
Navigation

Un député et un résident égayent le quotidien de plusieurs personnes âgées

Coup d'oeil sur cet article

Huit ans après leur implication dans deux camps opposés lors des manifestations étudiantes, le député et ancien policier Ian Lafrenière et un résident de son comté se retrouvent afin d’égayer le quotidien de plusieurs personnes âgées de Longueuil. 

«Le système de son qui me crachait des slogans qui me tapaient sur les nerfs en 2012 est aujourd’hui le même qui me permet d’aller visiter les aînés des résidences, de leur mettre de la musique et de leur parler», lance avec humour l’élu de la circonscription de Vachon.

Courtoisie

Comme ancien porte-parole du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), Ian Lafrenière était omniprésent lors du printemps érable et plusieurs se souviennent de lui dans ce contexte. C’est notamment le cas de Normand St-Jean, un résident de sa circonscription, qui possède des camions sonores et qui était embauché par les associations étudiantes, en 2012, afin de leur permettre de marteler leurs slogans haut et fort dans les rues de Montréal.

Un dernier au revoir

À la fin mai, Normand St-Jean a dû faire appel à Ian Lafrenière pour des raisons bien personnelles.

Son père, âgé de 94 ans, était sur le point de rendre l’âme en raison de la COVID-19 et l’accès au CHSLD Henriette-Céré de Saint-Hubert lui était refusé en raison des mesures de sécurité. Le député Lafrenière lui a donc donné un coup de main afin qu’il puisse aller dire au revoir à son père.

Peu après ce triste départ, Normand St-Jean a offert à son député de devenir bénévole pour lui.

«C’est là qu’il m’a dit qu’il me connaissait déjà et m’a expliqué son rôle lors des manifs, lance le politicien. J’ai trouvé ça bien drôle et je me suis souvenu de lui.»  

Courtoisie

Le député Lafrenière, qui se déplace souvent sur le terrain pour aller voir les résidents de sa circonscription, n’a pas hésité avant d’accepter l’aide de l’entrepreneur.  

«On faisait déjà des tournées comme ça et on se débrouillait avec ce qu’on avait, mais avec le système de son de M. St-Jean, on peut maintenant réveiller Longueuil au complet!» lance l’ancien policier en riant.

Cet après-midi, le duo s’est d’ailleurs rendu au CHSLD Henriette-Céré, où est décédé le père de M. St-Jean, afin d’aller mettre un peu de soleil dans la journée des résidents et des préposés.

«Je connais tout le monde là-bas, j’allais visiter mon père chaque jour avant son décès, dit l’homme de 55 ans. Par contre, je dois avouer que c’était triste, pour moi, de voir ça parce qu’il manquait mon père parmi tout le monde.»