/news/coronavirus
Navigation

Dernière mise à jour :

Suivez les derniers développements
Voir les derniers chiffres >

Québec

Nombre de cas

Canada

Nombre de cas

Monde

Nombre de cas

Décès

La vitamine D pour lutter contre la COVID-19?

GEN-CHU-SAINTE-JUSTINE
JOEL LEMAY/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – Le gouvernement fédéral a investi jeudi plus de 4 millions $ sur un projet de recherche mené par le CHU Sainte-Justine visant à déterminer si la vitamine D diminue bel et bien les risques d’attraper la COVID-19. 

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie

• À lire aussi: Traitement de la COVID-19: la vitamine C peut-elle aider?

La Dre Francine M. Ducharme entend mener son étude auprès de travailleurs de la santé afin d’évaluer si ceux qui sont exposés à de plus grandes doses de vitamine D ont réellement moins de chance d’être infectés par le virus.

Si les recherches de l’équipe de la Dre Ducharme s’avèrent concluantes, l’injection de vitamine D pourrait devenir un moyen efficace de limiter les départs en congé maladie du personnel infecté.

«Il peut s'agir de l'approche la moins coûteuse et la plus facilement applicable pour prévenir l'infection chez les travailleurs de la santé à risque», peut-on lire dans un communiqué envoyé par l’hôpital Sainte-Justine.

Déjà, des études ont montré que la prise de suppléments de vitamines D pouvait réduire le risque de maladies respiratoires, surtout chez les personnes qui en consommaient peu avant.

Possible d’attraper le virus deux fois?

En plus de la recherche de la Dre Ducharme, quatre projets auxquels participent des chercheurs de Saint-Justine se sont vu octroyer jeudi une subvention du fédéral. Ces sommes ont été distribuées dans le cadre d’un nouveau programme créé pour accélérer les études portant sur la COVID-19.

C’est ainsi qu’une étude dirigée par la Dre Caroline Quach-Thanh , réputée épidémiologiste et pédiatre, a pu toucher jeudi un montant de 2,1 millions $, a fait savoir le CHU Sainte-Justine.

Son projet de recherche, qui s’étendra sur un an, vise à évaluer si les gens qui ont déjà eu la COVID-19 sont immunisés ou s’ils peuvent encore attraper le virus.

«Montrer que l’infection à la COVID-19 ne protège pas contre une réinfection changerait complètement le paradigme sous lequel nous opérons actuellement», a laissé entendre Dre Quach-Thanh.

D’autres projets subventionnés

Par ailleurs, on a également annoncé un financement de 2,1 millions $ pour l’étude en cours sur le plasma. On cherche ici à savoir si la transfusion de plasma de personnes rétablies à des personnes qui en souffrent améliore les chances de guérison.

Un peu moins d’un million $ a été accordé à une recherche qui se penchera sur les impacts du coronavirus pendant la grossesse : un sujet encore très peu documenté.

Le CHU Sainte-Justine a également indiqué qu’une étude pancanadienne visant à identifier les facteurs aggravants de contamination recevra 2,1 millions $ d’aide fédérale.

Ces annonces font partie de sommes totalisant plus de 100 milliards $ consacrées à la recherche pour combattre la COVID-19.

Un résumé pertinent de la journée,
chaque soir, grâce aux diverses
sources du Groupe Québecor Média.