/news/coronavirus
Navigation

Dernière mise à jour :

Suivez les derniers développements
Voir les derniers chiffres >

Québec

Nombre de cas

Canada

Nombre de cas

Monde

Nombre de cas

Décès

Le masque va être obligatoire à Côte-Saint-Luc

Coup d'oeil sur cet article

Le port du masque va être obligatoire, à partir de la semaine prochaine, dans les commerces et les édifices municipaux de Côte-Saint-Luc, dans l’ouest de Montréal, l’une des villes au Québec les plus touchées par la pandémie. 

Le règlement municipal est en vigueur depuis le 15 juin, mais à partir du 1er juillet, la période de tolérance prend fin et les commerces qui n’offrent pas de masques jetables aux clients à l’entrée risquent une amende allant de 100 à 500$.

«C’est aux commerces de faire l’application. Si quelqu’un entre dans le commerce sans masque et qu’il refuse le masque jetable, le commerce ne sera pas puni parce qu’on l’a proposé au moins. Mais si le commerce ne le propose pas et ne parle pas du règlement, il peut avoir une amende. On ne donne aucune amende à un client qui le refuse», a précisé le maire de la ville, Mitchell Brownstein.

Accueil favorable

Déjà, la plupart des magasins de Côte-Saint-Luc se sont conformés au règlement et la réaction est très bonne, selon M. Brownstein.

«Je parlais au propriétaire du IGA et il m’a dit que son chiffre d’affaires avait augmenté par rapport à l’an dernier. Ça veut dire que beaucoup de gens qui ne vivent pas à Côte-Saint-Luc viennent faire leur épicerie ici parce qu’ils se sentent plus en sécurité», a noté le premier magistrat.

La population est aussi très favorable au règlement, assure-t-il.

«C’est sûr qu’il y a toujours des critiques, mais je dirais que 95% des gens sont d’accord avec le règlement. Les personnes âgées sont beaucoup plus en sécurité», a-t-il illustré.

À Côte-Saint-Luc, plus de 30% de la population a plus de 65 ans, ce qui en fait la ville au Québec avec le plus grand taux de personnes âgées. Pour le maire Brownstein, ce règlement était nécessaire pour protéger cette population vulnérable.

Il croit cependant qu’en prévision de la deuxième vague, un règlement devrait rendre obligatoire le port du masque sur l’ensemble du Québec.

«Il faut savoir que chaque fois que quelqu’un meurt de la COVID-19, c’est le parent, la tante, l’oncle de quelqu’un», a-t-il insisté.

Ancien point chaud

Au début de la crise, sa ville était devenue le principal foyer de contamination au Québec. La situation s’est ensuite considérablement améliorée.

Aujourd’hui, le taux de personnes infectées depuis le début de la pandémie à Côte-Saint-Luc est sensiblement le même que celui qu’on enregistre dans la plupart des quartiers montréalais.

Reste que l’administration municipale est toujours restée aux aguets dans la lutte contre la maladie. Dans cette ville d’un peu plus de 30 000 habitants, environ 50 000 masques ont été distribués jusqu'à présent, a fait savoir le maire Brownstein.

Un résumé pertinent de la journée,
chaque soir, grâce aux diverses
sources du Groupe Québecor Média.