/entertainment/shows
Navigation

L’organisation du spectacle s’explique

Sylvain Parent-Bedard
Photo Jean-François Desgagnés Sylvain Parent-Bédard

Coup d'oeil sur cet article

Le producteur du spectacle Tout le Québec à l’unisson, Sylvain Parent-Bédard, trouve bien dommage que la controverse entourant le fleurdelisé à la fête nationale prenne toute la place.

« Ce débat-là occulte tout le travail qui a été accompli par près de 300 artistes et artisans qui ont travaillé d’arrache-pied depuis des semaines pour offrir à tous les Québécois et Québécoises une grande fête nationale, dit-il. Malgré toutes les contraintes qu’on avait, dues à la pandémie et à la santé publique, je trouve qu’il faut saluer le talent et l’engagement de ces créateurs et artistes-là. »

Se disant lui-même « pro-drapeau, pro-fleur de lys », le président fondateur de SISMYK mentionne que l’organisation n’a pas du tout voulu écarter le fleurdelisé des célébrations.

« On a pensé à intégrer la fleur de lys dans les décors comme les masques et les verres, dit-il. Mais il est vrai que la foule tenant les drapeaux nous a manqué en temps de pandémie. »

Foule et drapeaux

Le producteur indique qu’en temps normal, les quelque 50 000 spectateurs qui assistent au spectacle de la fête nationale brandissent tous en grande partie des drapeaux du Québec. « Dans les réunions de conception, il n’y a personne qui s’est dit que puisqu’il n’y aurait pas 50 000 personnes cette fois-ci, il faudrait trouver une façon de mettre 50 000 drapeaux. On n’a pas pensé à ça. »

« Dans une fête nationale, il y a des symboles, mentionne Sylvain Parent-Bédard. Le drapeau en est un qui mérite une présence. Mais il y a eu plein de symboles forts tout au long de l’émission qui étaient axés sur la fierté nationale. [...] La fierté nationale était présente dans la trame narrative, dans les discours et dans les chansons. Je pense qu’elle a été incarnée par des artistes de talent. On ne peut pas nier ça. »

« C’est clair que si j’avais à refaire un événement comme celui-là, sans foule, je trouverais peut-être une façon de mettre le drapeau plus en évidence, poursuit le producteur. [...] Le drapeau n’a pas été retiré. On n’a jamais demandé de ne pas mettre de drapeaux, on n’a jamais demandé absolument rien de ça. »