/sports/others
Navigation

Nage synchronisée: le PEPS accueillera les Championnats mondiaux junior et jeunesse en 2021

Nage synchronisée
Photo courtoisie Raphaëlle Plante, Maïthé Boivin et Alyson Demers, de Québec, sont en lice pour faire partie de l’équipe canadienne junior.

Coup d'oeil sur cet article

Le PEPS de l’Université Laval sera le théâtre du Championnat mondial junior (15-19) et jeunesse (13-15) de natation artistique du 21 au 29 août 2021.

Initialement prévu à Québec cette année, le Championnat mondial junior a été annulé en raison de la pandémie de COVID-19. Pour ce retour en 2021, la Fédération internationale de natation (FINA) a accepté de tenir les deux championnats au même moment et dans la même ville au lieu de les présenter à des années différentes.

« Il s’agit d’une première, a souligné la vice-présidente du club Québec Excellence Synchro Mélanie Beaudoin. La FINA a accepté la demande de l’Association canadienne de natation artistique de présenter les deux événements au Québec. On accueillera environ 800 athlètes, entraîneurs et membres des délégations. On attendait impatiemment la décision parce que la FINA n’était pas obligée de revenir après l’annulation du championnat de 2020. »

L’an dernier, la FINA avait tenu le premier Championnat mondial jeunesse de son histoire en Slovaquie.

Qualité des installations

Le PEPS accueillera ainsi un troisième événement d’envergure internationale depuis 2014. En mai 2019, Québec avait présenté les séries mondiales de natation artistique. En 2014 lors d’un des premiers événements présentés dans la nouvelle piscine olympique du PEPS, une étape de la Coupe du monde avait été à l’honneur.

« La qualité des installations du PEPS y est pour beaucoup dans le choix de la FINA, a indiqué Mme Beaudoin, qui avait aussi œuvré comme bénévole lors du championnat mondial junior de 2002 à Montréal. Ça serait difficile de faire mieux avec deux bassins de cette ampleur. »

« Parce que notre sport n’est pas celui qui obtient le plus de visibilité, on souhaite tirer profit de cette vitrine pour attirer de nouveaux talents », a ajouté la vice-présidente de Québec-Excellence-Synchro et membre du comité organisateur. 

Avant que la pandémie ne freine les ardeurs de tout le monde, trois filles de Québec se retrouvaient dans le processus de sélection pour mériter leur place au sein de l’équipe nationale et par la même occasion leur billet pour le Mondial junior. Les filles de 18 ans auront une année supplémentaire en raison de l’annulation de l’édition de 2020.

Alyson Demers, Maïthé Boivin et Raphaëlle Plante tenteront de mériter leur laissez-passer.