/news/coronavirus
Navigation

Dernière mise à jour :

Suivez les derniers développements
Voir les derniers chiffres >

Québec

Nombre de cas

Canada

Nombre de cas

Monde

Nombre de cas

Décès

Repenser l’habitation de l’après-pandémie

Coup d'oeil sur cet article

La pandémie actuelle forcera beaucoup de domaines à se réinventer et l’industrie de l’habitation n’y échappera pas. 

• À lire aussi: Décès dans les CHSLD: échec des provinces, dit Trudeau

• À lire aussi: Fin des bilans quotidiens de la COVID-19 au Québec

Les architectes seront confrontés à de nouveaux défis afin d’offrir à la population des espaces qui sauront répondre à leur nouvelle réalité. Entre autres, des espaces dédiés au télétravail seront sans doute de plus en plus nécessaires.

«On constate qu’après deux mois, c’est une tendance qui va se poursuivre à plus long terme. On réfléchit, du coup, à comment faire évoluer les choses dans le sens de cette nouvelle réalité», a fait savoir l’architecte Elian Sanchez, associé à l'Agence SIX, en entrevue à TVA Nouvelles.

M. Sanchez cite en exemple des campus universitaires qui offrent une inspiration aux architectes pour l’aménagement des espaces de travail.

«Il faut réfléchir aux espaces qui sont permutables, comme la salle à manger qui peut devenir un espace de travail, a-t-il poursuivi. Il faut aussi réfléchir à la notion des espaces qui sont plus confidentiels dans la maison pour permettre l’intimité.»

C’est surtout important lorsque plus d’une personne d’un ménage effectue du télétravail. Les murs coulissants pourraient être une solution envisageable. Selon Elian Sanchez, ceci permettrait l’insonorisation de deux zones qui sont normalement ouvertes l’une sur l’autre.

L’ergonomie est un autre aspect important à ne pas négliger afin que les travailleurs puissent retrouver un niveau de confort similaire à celui de leur lieu de travail.

L’espace extérieur plus «essentiel»

L’aménagement d'une plus grande terrasse extérieure aussi fait partie de la réflexion après une période de confinement.

«C’est l’idée de l’extension vers l’espace extérieur qui devient plus essentiel lorsqu’on se sent confiné. Après ça, il faut l’observer selon tous les scénarios», a indiqué Elian Sanchez.

Au-delà d’une terrasse privée, M. Sanchez a expliqué que l’espace extérieur peut aussi se traduire par l’ouverture et la grosseur des fenêtres, par exemple, pour les immeubles plus hauts. Les travailleurs pourraient ainsi bénéficier de courants d’air et de plus de lumière naturelle.

«Ça donne l’impression que depuis ton espace de salon, tu es en partie à l’extérieur, par extension bien sûr», a-t-il précisé.

Enfin, de grandes terrasses favorisent l’agriculture urbaine, tendance mondiale à l’heure actuelle.

Des logements plus isolés

Halls d’entrée, ascenseurs et autres espaces communs pourraient être repensés afin d’offrir un «sentiment de protection» aux résidents, selon lui.

«La domotique, l’idée de moins toucher à un bouton d’ascenseur ou à une poignée de porte, peut être utilisée pour permettre aux résidents de se sentir plus en sécurité», a ajouté M. Sanchez.

Un résumé pertinent de la journée,
chaque soir, grâce aux diverses
sources du Groupe Québecor Média.