/finance/business
Navigation

Le conflit Vidéotron-Bell reprend de plus belle

Autres allégations de pratiques anticoncurrentielles

Le litige porte sur l’accès aux poteaux et fils de téléphone et de services de télécom. Ils sont majoritairement détenus par Bell et Hydro-Québec.
Photo courtoisie Le litige porte sur l’accès aux poteaux et fils de téléphone et de services de télécom. Ils sont majoritairement détenus par Bell et Hydro-Québec.

Coup d'oeil sur cet article

Les hostilités repartent de plus belle devant le CRTC entre Vidéotron et sa rivale BCE, la filiale de Québecor alléguant que Bell lui « met des bâtons dans les roues » avec ses pratiques anticoncurrentielles. 

• À lire aussi: Bell augmente ses tarifs en pleine pandémie

Québecor demande que le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) intervienne « afin que cessent les manœuvres anticoncurrentielles à l’encontre de Vidéotron » en ce qui a trait à l’accès aux structures de soutènement de Bell au Québec. 

Ces structures — essentiellement des poteaux et fils de téléphone et de services de télécommunications — sont majoritairement détenues par Bell et Hydro-Québec. Pour éviter la multiplication des infrastructures du genre, la loi prévoit que ces infrastructures doivent être partagées, à un coût raisonnable. 

Or, selon les documents présentés au CRTC, Bell négligerait ou refuserait d’en permettre l’utilisation de la manière prévue par les règles en vigueur. 

« Bell invoque des contraintes et délais liés à l’application de normes de construction. Or, Bell applique ces règles de manière déraisonnable et discriminatoire, et en impose certaines à Vidéotron sans les respecter elle-même », par exemple lors de l’installation de son réseau de fibre optique, soutient Vidéotron.

Lui donner accès

Concrètement, Québecor, qui édite également Le Journal de Montréal, demande au CRTC d’émettre une ordonnance obligeant Bell à réparer, dans les cinq jours, les anomalies de son réseau et à donner accès aux diverses structures.

« Depuis trop longtemps, Bell fait tout pour mettre des bâtons dans les roues de ses concurrents. Il est grand temps que ces manœuvres anticoncurrentielles cessent et que Vidéotron puisse enfin déployer et entretenir son réseau sans avoir à faire face aux tactiques de Bell pour restreindre et ralentir l’accès à ses structures de soutènement », a soutenu un porte-parole de Vidéotron, dans un courriel. 

Par ailleurs, Québecor a décidé de ne pas porter en appel la décision du CRTC d’approuver la vente de V à Bell. Dans une missive datée du 23 juin, l’entreprise soutient qu’elle ne donnera pas suite à son intention de porter cette décision en appel. La vente de V télé à Bell a été approuvée à la mi-mai par le CRTC. La transaction est évaluée à 31 millions $.