/news/society
Navigation

Les Canadiens favorables à une semaine de travail de 30 heures

Coup d'oeil sur cet article

Une majorité de Canadiens e d’avis qu’une semaine de travail de 30 heures serait une bonne idée, selon un récent sondage de l’Institut Angus Reid.

Selon le coup de sonde réalisé entre le 8 et le 10 juin, 53% des 1510 personnes interrogées – membres de la communauté de répondants en ligne d’Angus Reid – seraient favorables à adopter ce nouvel horaire (aussi connu comme la semaine de quatre jours) afin de permettre à plus de gens de travailler. Ce résultat représente une hausse de 6 points de pourcentage par rapport à un sondage sur le même sujet tenu en 2018.

Le sondage des dernières semaines indique notamment que «les Canadiens de toutes les catégories de revenu sont davantage réceptifs à l’idée que réservés», mentionne la firme de sondage. L’appui à la semaine de 30 heures est à son plus haut niveau chez les personnes membres des foyers ayant les plus faibles revenus, soit 25 000$ et moins par année (64%), alors qu’il est au plus bas niveau chez les familles gagnant plus de 150 000$ par année (47%).

Et ce sont les plus jeunes répondants, soit les 18-34 ans, qui ont montré le plus d’intérêt pour le concept. Les hommes de cette tranche d’âge ont estimé à 58% qu’il s’agit d’une bonne idée, alors que les femmes du même âge partagent cette opinion à 65%. Les gens les moins chauds à l’idée sont les plus âgés, soit les 55 ans et plus (39% d’appui chez les hommes et 53% d’appui chez les femmes).

Parmi les provinces de résidence des répondants, c’est le Québec qui a obtenu le plus grand score lors de ce sondage, avec un appui de 60%. L’appui le moins important, 42%, a été observé en Alberta.

Ce sondage a été réalisé alors que la pandémie de COVID-19 a bouleversé les façons de faire dans les milieux de travail. Avec la pandémie, plusieurs méthodes de travail ont été revues, comme le télétravail, qui gagne en popularité.

«Les individus et les organisations y voient, chacun dans leur perspective respective, des avantages de devoir continuer ou de pouvoir continuer ce mode de travail là», a expliqué à TVA Nouvelles Caroline Coulombe, professeure et chercheuse au département de management de l’École des sciences de la gestion de l’UQAM.

Augmentation de la productivité?

L'an dernier, au Japon, Microsoft a fermé ses bureaux les vendredis, sans réduire le salaire de ses employés. Après quoi, l’entreprise a vu une augmentation de la productivité de 40% par rapport à l'année précédente.

Selon des experts, l’adoption de la semaine réduite de travail au Québec pourrait bien passer par le télétravail lorsque patrons et employés maîtriseront parfaitement le modèle.