/world/opinion/columnists
Navigation

Vers une victoire des islamistes en Libye?

Coup d'oeil sur cet article

La Libye est déchirée depuis 2011 par des luttes politiques armées entre deux grands clans rivaux. Le clan des islamistes est sur le point de vaincre le clan des anti-islamistes. La situation est si grave que l’Égypte prévient que son armée va entrer en Libye si le camp anti-islamiste tombe.

Emmanuel Macron accuse la Turquie de jouer en Libye un jeu dangereux qui ne peut plus être toléré. Derrière ce conflit se profile une impitoyable lutte internationale dont les objectifs sont le contrôle du gaz et du pétrole régional ainsi que le positionnement géostratégique des grandes puissances. Malheureusement, le confit risque de dégénérer en guerre internationale.

1. Pourquoi la Libye est-elle en guerre ?

En 2011, lors de la chute du régime de Kadhafi, le pays s’est trouvé divisé en une multitude de factions qui se sont finalement regroupées en deux camps principaux. Le premier, mené par des leaders proches des Frères musulmans, a réussi à prendre le contrôle de la capitale, Tripoli, et de sa région. Le second, conduit par le maréchal Khalifa Haftar, dirige presque tout le reste du territoire et en particulier les principaux terminaux pétroliers. Le camp dirigé par Haftar n’a jamais reconnu l’autorité du camp des Frères musulmans. Il y a quelques mois, Haftar est presque parvenu à prendre Tripoli. C’est alors que la Turquie est intervenue pour soutenir militairement les islamistes. Aujourd’hui, c’est le camp dirigé par Haftar qui recule, au point où il pourrait tomber.

2. Qui soutient le camp anti-islamiste ?

Le camp de Haftar est principalement soutenu par trois pays. La France ne veut pas d’un gouvernement islamiste en Libye parce qu’un tel gouvernement compliquerait davantage la lutte au terrorisme et parce qu’il contribuerait encore plus à déstabiliser les pays de l’Afrique subsaharienne. Le gouvernement égyptien actuel, qui est parvenu au pouvoir en chassant les Frères musulmans, ne veut pas à sa frontière d’un État islamiste. La Russie, enfin, rêve d’établir une tête de pont en Afrique du Nord. Elle non plus ne veut pas renforcer les islamistes.

3. Qui soutient le camp islamiste ?

Deux pays en particulier soutiennent les islamistes. L’Italie, parce qu’elle possède des investissements importants en Libye et parce qu’elle redoute une nouvelle arrivée d’immigrants en provenance de Libye. La Turquie parce qu’elle est dirigée par un gouvernement islamiste et parce qu’elle a signé avec ce camp un accord maritime qui lui donne accès aux vastes réserves pétrolières et gazières sur le plateau méditerranéen qui s’étend entre Chypre et la Libye. Aucun pays de la région n’a reconnu cet accord. 

4. Où logent les États-Unis ?

Les États-Unis sont divisés. Une partie des fonctionnaires et des spécialistes, animés par la vieille hantise de la Russie, préfère appuyer les islamistes plutôt que de laisser la Russie s’installer pour de bon en Libye. Une autre partie, proche de Donald Trump, ne veut pas soutenir les Frères musulmans.

5. Que va-t-il arriver ?

Un État islamiste est intolérable pour la plupart des acteurs impliqués. Ou bien un nouvel équilibre est trouvé entre les camps islamistes et anti-islamistes, et alors la Turquie peut dire adieu à son accord pétrolier, ou bien la solution sera militaire et elle risque d’impliquer les troupes égyptiennes. Le gouvernement de Recep Tayyip Erdogan joue gros dans ce conflit. L’Union européenne pourrait définitivement rompre avec lui et sa popularité intérieure pourrait être sérieusement compromise en cas de défaite.