/news/coronavirus
Navigation

Dernière mise à jour :

Suivez les derniers développements
Voir les derniers chiffres >

Québec

Nombre de cas

Canada

Nombre de cas

Monde

Nombre de cas

Décès

Bye bye la ville: la pandémie les a fait déménager

En quête de tranquillité, d’économies et d’espace, des Montréalais se tournent vers les banlieues et les régions

Coup d'oeil sur cet article

La crise sanitaire, qui a frappé durement la métropole, et la possibilité de télétravail poussent de nombreux Montréalais à troquer la ville pour la campagne. 

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie

« Montréal, c’est un rythme de vie rapide et trépidant. On est toujours pressé. C’est difficile à décrire, mais avec la pandémie, ça devenait invivable », raconte Vincent Collard, qui déménagera à Notre-Dame-du-Portage, près de Rivière-du-Loup, dans une maison avec vue sur le fleuve, en juillet.

Vincent Collard quitte Montréal après s’être déniché une maison à Notre-Dame-du-Portage, dans le Bas-Saint-Laurent.
Photo Ben Pelosse
Vincent Collard quitte Montréal après s’être déniché une maison à Notre-Dame-du-Portage, dans le Bas-Saint-Laurent.

Avant la crise, Louis-Charles Ménard, président de l’agence immobilière RE/MAX Bonjour, sur la Rive-Nord, remarquait déjà que la banlieue de Montréal tout comme les régions gagnaient en popularité.

« On sent que la pandémie a accéléré le phénomène. Certains clients nous disent qu’ils n’ont pas envie de revivre un confinement en ville tandis que d’autres ont maintenant la possibilité de faire du télétravail », souligne-t-il. Il voit aussi un engouement pour les maisons intergénérationnelles.

C’est le cas des sœurs Audrey, Vanessa et Arianne Laurin. La pandémie a poussé ces trois Montréalaises à quitter la ville pour revenir à la maison familiale de Pointe-Fortune, en Montérégie, qu’elles agrandiront pour y vivre avec leurs enfants, parents et grands-parents, à neuf sous le même toit. 

Les sœurs Laurin vivaient dans le même immeuble du quartier Hochelaga. Elles ont pris la décision de revenir à la maison familiale de Pointe-Fortune pour y vivre avec leurs enfants, parents et grands-parents.
Photo Ben Pelosse
Les sœurs Laurin vivaient dans le même immeuble du quartier Hochelaga. Elles ont pris la décision de revenir à la maison familiale de Pointe-Fortune pour y vivre avec leurs enfants, parents et grands-parents.

Une forte demande

Les courtiers interrogés s’entendent pour dire que la demande en région dépasse l’offre.

« Les acheteurs se retrouvent souvent en promesses d’achat multiples. C’est une situation favorable pour les vendeurs », explique Christian Longpré, dirigeant de l’agence Royal LePage Au Sommet, à Magog.

C’est ce qu’ont vécu Denis Brissette et sa conjointe, Louisette Langlois.

Denis Brissette et sa conjointe ont dû jouer du coude avec d’autres acheteurs qui envisagent de vivre loin de la ville et ont finalement opté pour une maison dans les Laurentides.
Photo Chantal Poirier
Denis Brissette et sa conjointe ont dû jouer du coude avec d’autres acheteurs qui envisagent de vivre loin de la ville et ont finalement opté pour une maison dans les Laurentides.

Ce couple de sexagénaires a déposé une offre d’achat sur une maison à Saint-Colomban, dans les Laurentides.

« On est cinq à avoir fait une offre dessus. Les maisons intéressantes partent rapidement », dit-il.

L’Estrie a la cote

Pour le mois de mai, les succursales Royal LePage de Magog, Lac-Brome et Sutton ont reçu plus du double d’appels de la part d’acheteurs provenant du grand Montréal qu’à pareille date l’an dernier.

Les Montréalais recherchent surtout des terrains paisibles où ils seront bien chez eux, remarque Isabelle St-Arnault, courtière en immobilier à Magog.

« Les propriétés au bord d’un lac sont recherchées. Elles se vendent comme des petits pains chauds », mentionne-t-elle.

Tatiana Lyssan, qui habitait dans le quartier Ahuntsic, a flanché pour une maison centenaire, à Orford, en Estrie. 

« Je suis représentante en vin et j’ai perdu mon emploi, vu ce qui arrive dans le milieu de la restauration. J’ai donc vendu mon condo ».

La région a aussi fait de l’œil à Philippe Rioux. Ce jeune de 25 ans a vendu son condo et lâché son emploi pour aller s’installer à Sutton. 

Philippe Rioux a vendu son condo d’Outremont pour vivre dans le chalet de sa famille à Sutton, où il profite de la nature et d’un lac à proximité.
Photo Alex Drouin
Philippe Rioux a vendu son condo d’Outremont pour vivre dans le chalet de sa famille à Sutton, où il profite de la nature et d’un lac à proximité.

Une petite famille qui avait un duplex dans le quartier Villeray a aussi choisi les Cantons-de-l’Est.

Caroline Grutman, Jérémy Nolet et leur fils, Zack, profiteront désormais des grands espaces à Dunham après avoir mis en vente leur duplex situé dans Villeray.
Photo courtoisie
Caroline Grutman, Jérémy Nolet et leur fils, Zack, profiteront désormais des grands espaces à Dunham après avoir mis en vente leur duplex situé dans Villeray.

Trop cher à Montréal

La crise sanitaire va amplifier le phénomène d’exode urbain, croit Charles Brant, directeur du service d’analyse du marché à l’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec. Il ignore toutefois si cette tendance est éphémère ou si elle perdurera au-delà de la pandémie.

Selon lui, le prix des habitations en dehors de Montréal pourrait motiver les acheteurs.

« L’île de Montréal est chère. Les prix ne baissent pas malgré la situation. Par exemple, les maisons unifamiliales sont inabordables. Ceux qui ont besoin de plus grand regardent davantage en périphérie de la métropole », observe-t-il.

Trois sœurs quittent Hochelaga pour vivre à neuf sous le même toit  

Photo Ben Pelosse

La pandémie a poussé trois sœurs de Montréal à s’installer dans une maison de Pointe-Fortune, en Montérégie, qu’elles transformeront en intergénérationnelle pour y vivre avec leur mère, enfants et grands--parents, à neuf sous le même toit. 

Cliquez ce lien afin de poursuivre votre lecture.

Ils troquent leur luxueux condo pour une maison centenaire  

Photo courtoisie, Sébastien Pilon

Souffrant de manque d’espace durant le confinement, un couple de Montréal, qui avait un condo à faire rêver, a décidé de quitter la ville pour s’établir à Chambly.

Cliquez ce lien afin de poursuivre votre lecture.

« Le marché immobilier est fou »      

Photo Chantal Poirier

Après plusieurs offres d’achat déposées sur des maisons, un couple à l’approche de la retraite a finalement trouvé la demeure parfaite à Saint-Hippolyte ; mais pour fuir Montréal, il a dû se résigner à débourser plus que le budget initial.

Cliquez ce lien afin de poursuivre votre lecture.

La sainte paix dans le Bas-Saint-Laurent      

Photo Ben Pelosse

Exaspéré par le stress qui augmentait en même temps que le nombre de cas de COVID, Vincent Collard a vu la pandémie comme une occasion de fuir Montréal et déménager dans le Bas-Saint-Laurent. 

Cliquez ce lien afin de poursuivre votre lecture.

Retour dans le chalet familial      

Photo collaboration spéciale, Alex Drouin

La pandémie a vite fait réaliser à un Montréalais de 25 ans que la nature et les grands espaces lui manquaient, ce qui l’a poussé à vendre son condo à Outremont, puis à emménager dans le chalet familial, à Sutton. 

Cliquez ce lien afin de poursuivre votre lecture.

Une maison en Estrie pour moitié moins cher que son condo à Montréal      

Photo courtoisie

Tatiana Lyssan a devancé son projet de déménager en Estrie après avoir trouvé une maison centenaire parfaite à Orford, qui réduira de moitié son hypothèque, comparativement à son condo dans Ahuntsic. 

Cliquez ce lien afin de poursuivre votre lecture.

Le plan de vie d’une famille chamboulé par la pandémie      

Photo courtoisie

Ils devaient passer leur vie à Montréal, bien installés dans leur duplex fraîchement rénové. Mais la pandémie a bousculé les plans de Caroline Grutman et Jérémy Nolet, qui emménageront officiellement à la campagne cet été avec leur garçon de deux ans.

Cliquez ce lien afin de poursuivre votre lecture.

Un résumé pertinent de la journée,
chaque soir, grâce aux diverses
sources du Groupe Québecor Média.