/sports/hockey
Navigation

Lafrenière garde le silence

Lafrenière garde le silence
Photo Martin Chevalier

Coup d'oeil sur cet article

Pressenti pour être le tout premier choix du prochain repêchage de la Ligue nationale de hockey (LNH), le Québécois Alexis Lafrenière a choisi de rester silencieux après les résultats de la première loterie.

• À lire aussi: Repêchage de la LNH: les Sénateurs ne sont pas déçus

• À lire aussi: Alexis Lafrenière: le mystère de l’été 2015

Vendredi soir, le circuit Bettman tenait un tirage au sort qui devait déterminer l’ordre des premières sélections pour son encan 2020. C’est finalement l’une des huit équipes qui seront éliminées lors du tour qualificatif des séries qui a obtenu le premier choix.

Concrètement, cela signifie que l’attaquant de l’Océanic de Rimouski devra attendre que cette étape éliminatoire soit complétée et que la LNH tienne une deuxième loterie pour savoir où il amorcera sa carrière professionnelle.

Contactée samedi matin par l’Agence QMI, l’agente de Lafrenière, Émilie Castonguay, a indiqué que son client allait attendre avant d’émettre des commentaires.

«Malheureusement, Alexis n’aura pas de disponibilités médias, a-t-elle indiqué. Nous, à l’interne chez Momentum Hockey, non plus pour l’instant. Nous attendrons la deuxième loterie.»

Des options intéressantes pour Byfield

De son côté, l’espoir Quinton Byfield s’est permis d’exprimer ses réflexions, lui qui devrait être sélectionné au deuxième ou au troisième échelon.

Contrairement à Lafrenière, le natif de Newmarket en Ontario a maintenant une bonne idée où il devrait atterrir.

Ce sont les Kings de Los Angeles qui ont hérité du second choix, vendredi soir, lors de la loterie du repêchage de la LNH. Les Sénateurs d’Ottawa parleront quant à eux au troisième rang.

«Ce sont deux belles villes, et ce serait le fun de pouvoir faire ma marque dans l’une de ces équipes. Je suis impatient de vivre l’expérience», a dit le joueur de centre originaire de Newmarket, dans le sud de l’Ontario, en entrevue pour Sportsnet.

Byfield croit que les deux équipes peuvent lui offrir des opportunités très intéressantes.

«À Ottawa, ils ont plein de jeunes joueurs talentueux qui s’en viennent. Ils vont former une très bonne équipe dans quelques années. De faire partie de la solution là-bas, ce serait sûrement le fun. C’est une jeune équipe avec un avenir brillant», a indiqué l’attaquant des Wolves de Sudbury, dans la Ligue de hockey de l’Ontario (OHL).

«À Los Angeles, il y a Anze Kopitar qui est l’un des meilleurs joueurs de centre dans les deux sens de la patinoire de la ligue. Et l’équipe a gagné deux fois la Coupe dans les dernières années. Ils savent ce que ça prend pour gagner et je crois qu’ils peuvent en donner beaucoup plus. Ça pourrait aussi être une excellente équipe pour moi.»

Un talent brut

À 17 ans, Byfield est l’un des plus jeunes joueurs à être admissibles au repêchage de la LNH. Il a d’ailleurs 10 mois de moins qu’Alexis Lafrenière.

«Je vais encore me développer beaucoup. Je crois qu’avec une année d’expérience de plus, je vais être meilleur. J’essaie juste de m’améliorer chaque année», a reconnu l’Ontarien.

Malgré son jeune âge, il présente déjà un gabarit assez imposant avec ses 6 pi 4 po et ses 214 lb. Son côté athlétique et son talent naturel lui ont permis de ressortir du lot et de susciter l’envie des recruteurs.

Les Sénateurs ont certainement vu de belles choses en lui. À l’issue de la loterie, le directeur général Pierre Dorion l’a décrit comme un «joueur spécial, puissant, avec un talent brut incroyable» en entrevue avec Ron MacLean.

Byfield croit aussi avoir des qualités intéressantes qui pourront bien servir l’équipe qui le sélectionnera.

«Je suis un joueur qui se présente chaque jour et qui essaie de s’améliorer. Je veux être compétitif et je déteste perdre. Je veux juste être le meilleur.»