/lifestyle/sexromance
Navigation

Juste assez bon

Close up of passionate lovers feet touching making love
Photo Adobe stock

Coup d'oeil sur cet article

L’anxiété de performance, qui se retrouve régulièrement dans différentes sphères de la vie et qui est au cœur de nombreuses actions, n’est certes pas bonne conseillère en matière de sexualité. Nous le savons, nous souhaitons l’éviter, mais tout de même, elle s’invite. Tour de force me direz-vous pour l’éloigner de vos chambres à coucher ? Vous avez bien raison ! Alors comment peut-on relancer une libido digne de ce nom si, sans cesse, un modèle de sexualité fondé sur l’excellence refait surface ?

GES, l’acronyme de Good Enough Sex a fait son apparition durant les dernières années grâce aux préceptes d’une approche thérapeutique qui met en lumière deux éléments essentiels : 1) lorsque le couple expérimente des difficultés sexuelles en lien avec la panne de libido, il est dit que le problème doit être considéré comme appartenant au couple et non seulement à la personne qui vit le manque de libido ; 2) et le deuxième élément, le GES. 

Le good enough sex – sexe assez bon et qui met l’accent davantage sur la relation, donc sur une sexualité plus humaine, plus relationnelle. Les auteurs du rapport, le professeur de psychologie Barry McCarthy et deux de ses étudiantes de l’American University (Washington), Candace Koman et Danielle Cohn, soutiennent que le GES ne doit pas être confondu avec une sexualité morne, ennuyeuse, sans passion ni désir. 

Dans ce type de sexualité, non seulement les variations de désir et de plaisir sont accueillies sans jugement, elles sont acceptées et elles sont honorées puisqu’elles sont considérées comme des composantes inévitables de la sexualité d’un couple sain. Toujours selon les auteurs, une règle de trois tiers s’applique : 1/3 des relations sexuelles sont très satisfaisantes pour les deux partenaires, 1/3 des relations sont plus satisfaisantes pour l’un que pour l’autre, et finalement 1/3 des relations sont peu satisfaisantes pour les deux.

Développer son propre style sexuel

Puisque les dynamiques de couples varient énormément, il va de soi qu’une meilleure compréhension des points forts et des points de tension chez chacun des partenaires conduit vers de plus grandes possibilités d’entente et de respect, donc une sexualité plus épanouissante. Quelles questions devrait-on se poser pour réfléchir à la mise en place de son style sexuel ?

1. Qu’est-ce qui est important pour vous chez un partenaire sexuel ?

2. Quel est votre sentiment vis-à-vis la masturbation (non seulement votre opinion, mais plutôt ce que cette pratique fait résonner en vous) ?

3. Qu’est-ce qu’un orgasme pour vous ? Quelle place tient-il dans la relation sexuelle à vos yeux ?

4. Quelle connotation ont les jouets érotiques pour vous ?

5. Les tabous et les complexes... ça vous dit quelque chose ?

6. Quelle est VOTRE définition d’une sexualité épanouissante et riche ?

7. Que changeriez-vous au sujet de votre vie sexuelle actuelle ?

8. Ce corps dans lequel vous vivez... jusqu’à quel point l’aimez-vous ?

Toutes ces questions méritent une réponse réfléchie et honnête. La reconquête d’une libido perdue devrait se vivre comme un processus – plus ou moins long, selon l’état de santé du couple et d’autres facteurs influençant la donne. Chaque pas peut devenir un pas dans la bonne direction à condition qu’il soit fait avec respect. Pour certaines personnes, la sexualité est un travail d’équipe ; serez-vous suffisamment perspicaces pour deviner les règles du jeu ? Ou préférerez-vous en inventer de nouvelles ?