/investigations/truth
Navigation

La fin d’une époque en santé

La fin d’une époque en santé
Photos d'archives

Coup d'oeil sur cet article

Chaque samedi, les recherchistes de notre Bureau d’enquête de Montréal, Québec et Ottawa débusquent les fausses nouvelles, vérifient des déclarations et trouvent les vrais chiffres.


Les chiffres de la semaine : 17 ans

C’est le nombre d’années écoulées depuis le dernier ministre de la Santé et des Services sociaux au Québec qui n’était pas issu du milieu de la santé. 

L’ex-ministre Danielle McCann, qui a été gestionnaire dans le réseau de la santé, a été remplacée cette semaine dans le cadre d’un remaniement ministériel par Christian Dubé, ancien premier vice-président de la Caisse de dépôt et placement, qui était jusqu’à maintenant président du Conseil du trésor. 

Le dernier ministre à avoir occupé cette fonction sans avoir œuvré auparavant dans le secteur de la santé est l’actuel premier ministre, François Legault, qui provient du milieu des affaires. Le politicien et cofondateur d’Air Transat a été ministre de la Santé de janvier 2002 à avril 2003.

Cinq ministres se sont ensuite succédé à ce poste important, soit Philippe Couillard, Yves Bolduc, Réjean Hébert, Gaétan Barrette et Danielle McCann. Ils étaient tous médecins, sauf Mme McCann qui a été travailleuse sociale et administratrice.

– Sarah Daoust-Braun 

50 % 

C’est la diminution estimée du nombre de mariages célébrés en avril au Québec (838), par rapport à la moyenne des 10 dernières années. La pandémie de COVID-19 frappe fort l’industrie des mariages, alors que plusieurs couples ont reporté leur projet nuptial. Avec les restrictions concernant les grands rassemblements et le déconfinement partiel, il est beaucoup plus complexe d’organiser des mariages avec plusieurs dizaines de convives. 

« Certains couples conservent donc leur date, en réorganisant la célébration en formule privée, mais plusieurs reportent à l’automne 2020 ou regardent plutôt les disponibilités à l’été 2021 », souligne une nouvelle publication de l’Institut de la statistique du Québec. Il est toutefois trop tôt pour estimer l’ampleur de la diminution du nombre de mariages cette année puisqu’en temps normal, environ 60 % des mariages sont célébrés entre juin et septembre.

– Marie Christine Trottier