/world/middleeast
Navigation

Avec un pèlerinage «limité», l'Arabie saoudite voit son économie plombée

Avec un pèlerinage «limité», l'Arabie saoudite voit son économie plombée
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

Ryad | Sites religieux vides, tentes de pèlerins abandonnées, hôtels inhabités: La Mecque, ville la plus sainte de l'islam, a perdu son animation habituelle à quelques semaines du hadj, qui sera «très limité» en raison du coronavirus, au risque de plomber l'économie saoudienne. 

«J'espère que, cette année, grâce à Dieu, je serai parmi les premiers pèlerins», confie à l'AFP Marwan Abdulrahman, un Saoudien vivant à La Mecque.

Parmi les premiers, et surtout parmi les seuls: pour contenir la pandémie du coronavirus, l'Arabie saoudite a décidé de n'accepter que 1000 fidèles vivant sur son territoire pour son pèlerinage fin juillet.

Habituellement, le pays accueille à cette occasion des millions de pèlerins (2,5 millions en 2019), venus pour leur grande majorité de l'étranger.

Après avoir suspendu dès mars la «Omra», le petit pèlerinage qui s'effectue tout au long de l'année, le royaume s'apprête à faire face à un immense manque à gagner: le flux des pèlerins génère chaque année 10,6 milliards d'euros (environ 15,3 milliards $)

Or, le premier exportateur de brut au monde est déjà frappé de plein fouet par la chute des prix du pétrole et l'impact économique du confinement décrété pour lutter contre le virus.

«Zéro vente, zéro revenu»

Les gains suscités par le hadj ont insufflé, ces dernières années, un boom de l'immobilier et du commerce autour des lieux saints.

On y construit à tout-va: centres commerciaux, appartements et hôtels de luxe, dont certains avec vue directe sur la Kaaba, une construction cubique au centre de la grande mosquée vers laquelle se tournent les musulmans du monde entier pour prier.

«Zéro vente, zéro revenu», déplore Ahmed Attia, un expatrié égyptien de 39 ans qui travaille pour une agence de voyages dans la ville sainte. 

«Nous ne sommes pas habitués à voir La Mecque vide. On a l'impression d'être dans une ville morte. C'est désastreux», soupire-t-il.

Les pèlerinages financent directement ou indirectement des centaines de milliers d'emplois dans plusieurs secteurs, des agences de voyages aux sociétés de téléphonie mobile, qui ont dû couper dans leurs effectifs ou réduire les salaires.

L'absence de pèlerins «aggrave les difficultés économiques» du royaume, confirme à l'AFP Richard Robinson, analyste auprès d'Oxford Analytica.

Le tourisme, y compris religieux, est au cœur de l'ambitieux programme «Vision 2030» du prince héritier Mohammed ben Salmane, qui vise à accroître les revenus non pétroliers du royaume.

Mercredi, le Fonds monétaire international (FMI) a averti que le PIB saoudien allait se contracter de 6,8% cette année en raison de la faiblesse des prix du brut, sa pire performance depuis les années 1980. C'est 4,5 points en dessous de la prévision du FMI d'avril.

«Coup dur»

Au cours des derniers mois, le groupe BinLaden, un géant du BTP considéré comme une jauge de la santé des entreprises saoudiennes, n'a pas versé de salaire à des milliers d'ouvriers, a indiqué à l'AFP une source du secteur.

La grogne grandit sur les réseaux sociaux, où des employés dénoncent ces manquements, alors que l'entreprise est derrière un projet de 13,3 milliards d'euros à La Mecque, composé d'hôtels et de centres commerciaux qui surplomberont la grande mosquée.

La société cherche à affréter des avions pour renvoyer dans leur pays un grand nombre de ses travailleurs sud-asiatiques, selon la source. L'entreprise n'a pas répondu aux sollicitations de l'AFP.

La crise liée à la COVID-19 et le ralentissement économique ont entravé d'autres ambitieux projets touristiques du royaume, après le lancement en 2019 en fanfare de visas pour les touristes.

Si le royaume cherche à développer le tourisme en dehors des sites religieux, «les efforts des Saoudiens reposent toujours sur le hadj», estime Kristin Diwan, de l'Arab Gulf States Institute, basé à Washington.

«C'est un pilier important de leurs revenus non pétroliers et ne pas l'avoir en cette période de perturbation des marchés de l'or noir est un coup dur», souligne-t-elle.