/sports/football
Navigation

LCF: libéré pour des commentaires homophobes

LCF: libéré pour des commentaires homophobes
Dominic Chan / Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Les Eskimos d’Edmonton ont libéré le receveur de passes Christion Jones en raison de commentaires homophobes qu’il a faits sur son compte Twitter samedi. 

«Nous sommes avec la communauté LGBTQ2+ et nous condamnons fermement le langage utilisé par Christion Jones. Il n’y a aucune place pour ce genre de commentaires dans notre équipe. Jones a été libéré de notre formation», ont écrit les Eskimos sur leurs médias sociaux, dimanche.

La veille, lors de la Journée de la Fierté, l’athlète de 27 ans a affirmé que «les hommes ne sont pas censés être avec les hommes» et qu’une «femme ne devrait pas être avec une autre femme».

Fortement critiqué sur Twitter, Jones n’a pas voulu se rétracter ou faire des excuses.

«Je maintiens ce que j’ai dit, a-t-il clamé. Je ne regrette rien. M’excuser à qui?»

En 2019, Jones a pris part à 10 parties avec les Eskimos et trois avec les Roughriders de la Saskatchewan. Il a attrapé sept passes pour 43 verges. L’Américain avait passé les trois dernières campagnes avec l’équipe évoluant à Régina.

Réponse timide de la LCF

De son côté, la Ligue canadienne de football (LCF) a publié un communiqué où elle réitère son soutien à la communauté LGBTQ+, mais ne mentionne pas les commentaires de Jones. La missive signée par le commissaire Randy Ambrosie ne mentionne même pas le nom de l’homme fermé d’esprit.

«À la LCF, nous croyons fermement que la diversité est synonyme de force. Notre ligue n’a jamais clamé qu’elle était parfaite, mais elle vise à être inclusive, à accepter et à célébrer nos différences ainsi qu'à respecter et honorer les droits de la personne.»

«Les commentaires qui dénigrent et dévalorisent les gens sur la base de leur religion, de leur race, de leur genre ou de leur orientation sexuelle n’ont pas leur place dans notre ligue», a exprimé Ambrosie.