/world/europe
Navigation

Le Royaume-Uni durcit le confinement à Leicester après une flambée de coronavirus

Coup d'oeil sur cet article

LONDRES | Le gouvernement britannique a annoncé lundi qu’il allait durcir le confinement à Leicester en raison d’une flambée de cas de coronavirus dans cette ville du centre de l’Angleterre, la première à se voir imposer des restrictions locales. 

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie de coronavirus

• À lire aussi: La pandémie de COVID-19 «est loin d’être finie»

Les commerces «non essentiels», qui avaient rouvert mi-juin en Angleterre après avoir dû baisser le rideau fin mars, devront à nouveau fermer à partir de mardi, et les écoles dès jeudi, a déclaré le ministre de la Santé Matt Hancock, à la Chambre des communes.

Il a précisé que ces mesures seraient réévaluées dans deux semaines.

AFP

«Nous devons contrôler ce virus. Nous devons maintenir les gens en sécurité. Ces actions sont aussi profondément dans l’intérêt national», a-t-il indiqué alors que le déconfinement doit connaître une étape majeure samedi en Angleterre avec la réouverture des pubs, des restaurants, des hôtels et des coiffeurs. «Des actions locales comme celles-ci sont un outil important de notre arsenal pour faire face à des épidémies alors que nous remettons le pays sur pied».

«Nous ne pouvons pas recommander un assouplissement du confinement le 4 juillet à Leicester», a-t-il insisté, appelant les quelque 340 000 habitants de la ville à rester chez eux «autant que possible».

Près de 3000 cas ont été enregistrés à Leicester depuis le début de l’épidémie en mars, dont 866 au cours des deux dernières semaines, selon les autorités locales.

AFP

En annonçant la levée progressive du confinement, le gouvernement avait prévenu qu’il pourrait mettre en place des restrictions au niveau local, en fonction de la situation, pour contenir une nouvelle vague incontrôlée de contaminations.

«La chose essentielle est de veiller à ce que nous soyons prêts à agir en cas de flambées locales», a déclaré lundi le premier ministre Boris Johnson sur Times Radio.

AFP

L’allègement du confinement est un moment délicat pour le dirigeant conservateur, déjà très critiqué sur sa gestion de la pandémie, qui a fait 43 575 morts au Royaume-Uni, pays le plus touché d’Europe.

Un millier de personnes sont déclarées positives chaque jour, et certaines voix critiques ont dit craindre un retour à la normale dangereux.