/news/society
Navigation

Serveurs, cuisiniers et sommeliers s’unissent

Coup d'oeil sur cet article

Des travailleurs du secteur de la restauration et des bars lancent une nouvelle association pour faire valoir leurs droits et se doter d’avantages sociaux.

David Marcheterre et Hugo Sabourin souhaitent que la voix des travailleurs salariés de la restauration et des bars de la province soit entendue. En particulier au moment où l’industrie relance ses activités, après plusieurs mois d’arrêt à cause de la pandémie de COVID-19. 

« Les seules associations du secteur regroupent les propriétaires d’établissements, mais on n’entend jamais la voix des salariés. Notre but est de faire avancer l’industrie ensemble », explique M. Marcheterre, président de l’Association des professionnels de la restauration du Québec (APRQ).

10 ans d’expérience

Les fondateurs de la nouvelle association, David Marcheterre et Hugo Sabourin, sont tous deux âgés de 30 ans et travaillent depuis une dizaine d’années à titre de serveur et sommelier. Depuis 2 ans, ils ont sondé le terrain afin d’évaluer la meilleure façon de représenter les travailleurs de leur secteur. 

L’option de la syndicalisation a été écartée, explique M. Marcheterre. 

« Ce n’est pas la solution, selon nous, et on ne souhaite pas s’ingérer dans les entreprises. L’association qu’on propose vise à permettre aux travailleurs de s’exprimer sur des enjeux qui les concernent et à leur offrir des avantages sociaux optionnels, comme des assurances, de l’aide psychologique, un fonds de pension ou des rabais corporatifs, selon ce que souhaiteront les membres. »

Valoriser le métier

En plus de réunir et de défendre les intérêts des cuisiniers, des serveurs, des sommeliers et d’autres salariés du secteur, l’objectif de l’APRQ sera de valoriser les métiers de la restauration auprès du grand public.

Une campagne de financement a été lancée le 10 juin dernier afin de regrouper les fonds nécessaires pour démarrer les activités. 

« On sait que beaucoup de travailleurs du milieu ont subi des pertes d’emploi dernièrement, donc on invite ceux qui le peuvent à contribuer, mais sans obligation. Les gens intéressés à devenir membres sont invités à remplir une préadhésion sur notre page, et, dès que les services seront mis en place, nous les contacterons. » 

La cotisation annuelle pourrait représenter 30 ou 40 $, et déjà une centaine de personnes ont rempli le formulaire de préadhésion, selon David Marcheterre.