/opinion/columnists
Navigation

Trudeau et son drapeau

Coup d'oeil sur cet article

Justin le généreux n’en finit plus de distribuer de l’argent dans de nouveaux programmes durant cette pandémie qui l’a transformé en père Noël.

Il ne s’agit pas d’une simple opération de distribution, c’est plutôt qu’il arrose des largesses de l’État des groupes qui n’ont pas encore reçu de subventions. On peut même prévoir qu’une fois vaincu le microbe de la COVID-19, peu de citoyens auront échappé à ses largesses.

Certes, son gouvernement se doit de soutenir toutes les victimes économiques de cette guerre sans visage, qui fait subir à la planète entière un cataclysme que personne sauf des savants qu’on qualifiait de fous n’aurait appréhendé.

Mais Justin Trudeau trouvera sans doute son salut, c’est-à-dire une victoire électorale avec une majorité cette fois qui pansera sa blessure narcissique, qui l’a tant affecté. Car Justin Trudeau, à l’évidence, n’est pas né pour vivre dans l’ombre.

Découvrez À haute voix, une série balado sur les enjeux de la société québécoise contemporaine, par Denise Bombardier.

Droit divin

Il fourbit ses armes avec d’autant plus d’ardeur qu’il n’a sans doute jamais pardonné à ceux qui lui ont volé le pouvoir, car il croit sans complexe qu’il lui revient de droit divin paternel.

Sa future campagne électorale est en train de prendre forme. Elle reposera sur l’abondance quasi illimitée de l’argent frais qu’il a distribué, mais aussi sur un thème qui ralliera une proportion de Canadiens, celui du racisme systémique.

Que le Québec attache sa tuque, car il en prendra pour son rhume. Trudeau fils saura comme son père avant lui pratiquer le « Quebec bashing », c’est-à-dire le dénigrement systémique du Québec.

Alors que les Québécois sont en train d’oublier leur drapeau fleurdelisé, un drapeau qui nous ramène à la mère patrie, la France, et à la religion catholique, Justin Trudeau se drapera du drapeau canadien.

D’ailleurs, il faut s’attendre le 1er juillet à une orgie de drapeaux feuille d’érable, symbole de la diversité canadienne ouverte et tolérante, sauf à l’égard des Québécois.