/news/politics
Navigation

Québec verse 90 millions $ de plus pour les jeunes en difficulté

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement du Québec a octroyé mercredi 90 millions $ supplémentaires pour les services aux jeunes en difficulté ainsi que leur famille.

Cet argent servira à renforcer les équipes de protection de la jeunesse, d'hébergement jeunesse, d’intervention de crise, de suivi dans le milieu et des services juridiques. Il vise aussi à bonifier le soutien clinique aux intervenants ainsi que celui pour les familles d'accueil. Avec ces fonds, le gouvernement veut également augmenter le nombre de participants au programme de qualification pour les jeunes de 16 à 19 ans. Cette initiative vise à favoriser une transition harmonieuse vers la vie adulte, en tissant des réseaux de soutien, en soutenant leur intégration au marché du travail ou leur participation à une formation. L'ajout de gestionnaires pour encadrer le personnel est également prévu.

«Par ces nouveaux investissements, notre gouvernement donne les moyens au réseau de la santé et des services sociaux d'agir sur plusieurs fronts afin de rehausser la qualité et l'accès aux services pour les jeunes en difficulté et leur famille», a précisé Lionel Carmant, ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux, par communiqué.

«Nous nous sommes engagés à entreprendre une réflexion globale, notamment avec la mise sur pied de la Commission spéciale sur les droits des enfants et la protection de la jeunesse, et nous sommes déjà en action afin que les services offerts soient bien adaptés à chaque enfant du Québec. Leur sécurité et leur bien-être sont au centre de nos priorités», a-t-il ajouté.

Le gouvernement a précisé que des investissements de 18 millions $ et de 47 millions $ avaient déjà été annoncés l’an dernier afin de réduire les listes d'attente, consolider les services en protection de la jeunesse et améliorer le soutien clinique aux équipes.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.