/news/coronavirus
Navigation

Dernière mise à jour :

Suivez les derniers développements
Voir les derniers chiffres >

Québec

Nombre de cas

Canada

Nombre de cas

Monde

Nombre de cas

Décès

Consommation accrue d’alcool et de cannabis pendant la pandémie

Bloc pot cannabis joint
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

La pandémie de la COVID-19 a poussé les Canadiens, et particulièrement les jeunes, à consommer davantage d’alcool et de cannabis; une situation qui inquiète la Croix-Rouge canadienne. 

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie

• À lire aussi: Les Canadiens perçoivent une hausse des gestes dangereux sur la route pendant la pandémie

L’organisme a effectué plusieurs sondages en avril, mai et juin afin de comparer la consommation des citoyens avant et pendant la crise.  

  • Écoutez l'entrevue du D.G d'Éduc'alcool Hubert Sacy avec Vincent Dessureault à QUB Radio:   

Sur une période de deux semaines, 26% des individus recensés ont indiqué avoir consommé davantage d’alcool lors de la pandémie.

Même constat du côté du cannabis, dont la consommation a connu une résurgence pendant la crise. En effet, 27% des répondants disent en avoir consommé plus lors d’un mois de pandémie, comparativement à leur usage habituel.

Selon la firme Léger, il s’agirait d’un gain net de 15% quant à la consommation d’alcool et de cannabis chez les Canadiens. Les chiffres sont encore plus accablants pour la tranche d’âge des 18 à 34 ans, dont l’absorption d’alcool a augmenté de 23%.

Les résultats de ce coup de sonde ont d’ailleurs poussé la Croix-Rouge et le Centre canadien sur les dépendances et l’usage de substances (CCDUS) à formuler des recommandations auprès des jeunes adultes, qui ont ressenti plus d’anxiété, de fébrilité et de malaise lors des derniers mois (17% de plus que les autres répondants).

«La consommation de substances pendant la COVID-19 n'a pas augmenté pour la majorité des jeunes adultes, mais nous devons nous préoccuper de la portion qui peine à composer avec la présente situation, a soutenu par communiqué Rita Notarandrea du CCDUS. Cela semble être lié au stress, à l'anxiété, à la solitude, à l'ennui et à l'absence de routine, mais il faut plus de recherches et d'analyses à ce sujet.»

Pour amasser ces résultats, la Croix-Rouge et Léger ont effectué des entrevues auprès d’un échantillon représentatif de 2280 personnes adultes. Plus des trois quarts des répondants avaient également été sondés lors des mois d’avril et de mai.

Un résumé pertinent de la journée,
chaque soir, grâce aux diverses
sources du Groupe Québecor Média.