/finance/business
Navigation

Les travailleurs d’Olymel ne lâchent pas le morceau

Ils sont en colère contre le retrait de leur prime COVID en pleine pandémie

Les travailleurs d’Olymel ne lâchent pas le morceau
Photo d'archives Agence QMI, YVES CHARLEBOIS

Coup d'oeil sur cet article

Pas moins de huit syndicats représentant des travailleurs d’Olymel et des Viandes du Breton ont déposé jeudi après-midi une pétition de plus de 2500 noms au siège social de Saint-Hyacinthe pour ravoir leur « prime COVID », a appris Le Journal.

• À lire aussi: Des syndiqués de la viande manifestent pour garder la «prime COVID»

« La pandémie n’est pas finie. La prime devrait continuer d’être versée tant que les risques de contagion seront présents et que les équipements de protection devront être portés », a martelé le président de la Fédération du commerce (FC–CSN), David Bergeron-Cyr. 

À la mi-juin, quelque 4000 travailleurs des usines d’Olymel et des Viandes du Breton ont manifesté aux quatre coins du Québec afin d’obtenir le maintien de la « prime COVID ». 

Cependant, malgré ce coup d’éclat, Olymel est restée de marbre et a indiqué au Journal qu’elle n’a pas l’intention de revenir sur sa décision.

Grogne grandissante

Pour le président de la Fédération du commerce (FC–CSN), David Bergeron-Cyr, le dépôt d’une pétition de 2500 noms, représentant plus de 75 % des travailleurs, est la preuve que la colère est loin de faiblir dans ses rangs.

« Le fait qu’on ait réussi à recueillir autant de signatures en si peu de temps au moment où 15 à 20 % des employés sont en vacances démontre clairement que les travailleuses et les travailleurs tiennent à leur prime et qu’ils sont fortement mobilisés autour de cet enjeu », a-t-il ajouté.

Mercredi, Le Journal a révélé que la chaîne de magasins Dollarama avait choisi de prolonger d’un mois le versement de sa prime COVID de 10 % du salaire horaire après qu’une soixantaine des représentants des travailleurs d'agences eurent manifesté leur colère.

Deux jours plus tôt, l’américaine Lowe’s, qui détient les magasins Rona et Réno-Dépôt, a elle aussi annoncé le prolongement de sa « prime temporaire spéciale » de 2 $ l’heure pour le mois de juillet.

De leurs côtés, Walmart, Loblaw, Sobeys et Metro ont tous annoncé tour à tour la fin du versement de cette prime temporaire.

– Avec la collaboration de Martin Jolicoeur