/finance/business
Navigation

Le boycottage publicitaire de Facebook débarque au Québec

IGA, Desjardins, la Banque Nationale et Air Canada y prendront notamment part

US-internet-lifestyle-computers-media
Photo d'archives, AFP Malgré ce tumulte, la fortune de Mark Zuckerberg était évaluée, au 1er juillet 2020, à 85,4 milliards $ US (plus de 115,8 G$ CA).

Coup d'oeil sur cet article

Des entreprises d’ici se joignent au boycottage publicitaire de Facebook et demandent au géant américain de mieux encadrer les messages racistes et haineux. 

• À lire aussi: Zuckerberg ne compte pas se laisser intimider par le boycottage publicitaire de Facebook

• À lire aussi: Boycottage: Facebook frappé au cœur de son modèle économique

• À lire aussi: États-Unis: des associations antiracisme appellent les annonceurs à boycotter Facebook

« C’est un mouvement américain qui nous touche beaucoup. On est très sensibles à la désinformation qu’on voit sur les réseaux sociaux du groupe Facebook », a déclaré jeudi au Journal Carl Pichette, vice-président marketing chez Sobeys, propriétaire des chaînes IGA, Bonichoix, Tradition et Rachelle Béry.

« On a la responsabilité de créer une société véritablement inclusive, a-t-il poursuivi. Ça fait partie de nos valeurs, alors on a décidé de se joindre au mouvement. On met en pause nos achats publicitaires et nos publications sur Facebook et Instagram pour le mois de juillet. »

Le Mouvement Desjardins, Air Canada, la Banque Nationale et la Banque Laurentienne ont également suspendu leurs publicités sur Facebook jusqu’à la fin du mois. Mercredi, les cinq plus grandes banques du pays avaient annoncé qu’elles prenaient part au boycottage mondial.

Comportements à long terme

« Québecor est d’avis qu’il serait nécessaire d’adopter de nouveaux comportements à long terme, plutôt que pour un mois seulement, si l’on souhaite avoir un réel impact sur cet enjeu majeur et sur Facebook », a quant à lui exprimé le propriétaire du Journal et de Vidéotron.

« Nous sommes également très inquiets de la part astronomique de revenus publicitaires qu’accaparent Facebook et les géants du web au détriment des médias locaux », a ajouté l’entreprise.

  • ÉCOUTEZ la chronique économique de Yves Daoust, directeur de la section Argent du Journal de Montréal et au Journal de Québec, à QUB Radio:

Le boycottage #stophateforprofit a été lancé aux États-Unis par la National Association for the Advancement of Colored People et l’Anti-Defamation League, des organisations de défense des Afro-Américains et de lutte contre l’antisémitisme. Il s’inscrit dans le vaste mouvement contre le racisme systémique qui a pris naissance après la mort de l’Américain George Floyd sous le genou d’un policier, en mai.

Entreprises discrètes

Plusieurs entreprises québécoises sollicitées au cours des derniers jours n’ont pas répondu au Journal quant à leur intention de participer ou non à la campagne.

« On sent que la vague est rendue au Canada et au Québec. Les réflexions ont lieu présentement », a assuré Dominique Villeneuve, PDG de l’Association des agences de communication créative.

« Les entreprises votent, elles aussi, a-t-elle noté. Elles exigent de leurs partenaires des façons de faire qui sont justes, équitables et antidiscriminatoires. » 

Jean-Sébastien Giroux, vice-président de l’agence Substance, a toutefois soutenu que plusieurs PME pourraient avoir du mal à se passer d’un outil de visibilité « aussi flexible et performant que Facebook ». 

Parts de marché dans la publicité numérique au Canada       

  • Google : 51 %  
  • Facebook : 27 %  
  • Bell Canada : 1,9 %   
  • Torstar : 1,6 %   
  • Twitter : 1,5 %   
  • Postmedia : 1,5 %   
  • Rogers : 1 %   
  • Québecor : 0,7 %    

Source: Canadian Media Concentration Research Project, chiffres pour 2018