/finance
Navigation

Mesures sanitaires: les coûts associés à la pandémie lourds sur les PME

Mesures sanitaires: les coûts associés à la pandémie lourds sur les PME
AFP

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – Environ 88% des propriétaires de PME ont peur que l’acquisition de l’équipement de protection individuelle (ÉPI), nécessaire pour limiter la propagation de la pandémie, pèse sur leur entreprise, indique un sondage. 

Ce nouveau coup de sonde, réalisé par la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI), témoigne de l’inquiétude chez les petites et moyennes entreprises (PME), particulièrement celles de la santé du secteur privé, comme les dentistes, optométristes, naturopathes.

Ainsi, près de la moitié (49%) s’inquiètent pour l’accessibilité des ÉPI (blouses, visières, masques N95, etc.), alors que la course pour s’en approprier reste active dans les pays du monde entier, notamment en raison de l’appréhension des autorités sanitaires un peu partout d'une deuxième vague.

Près de 75% des propriétaires de PME craignent que cette nouvelle norme ne soit pas un modèle viable pour leurs affaires.

Pire, environ 16% n’hésitent pas à envisager la faillite.

François Vincent, vice-président à la FCEI, est d’avis que les gouvernements doivent offrir le soutien nécessaire à ces entreprises, notamment les 35% de petites entreprises de soins de santé qui sont complètement ouvertes, alors que la moitié demeure partiellement fermée.

En l’occurrence, l’organisme insiste pour que les gouvernements garantissent l’accès aux ÉPI et, surtout, n’augmentent pas les taxes et les impôts. Elle suggère aussi d’abaisser le critère d’admissibilité de la baisse des revenus du programme d’Aide d’urgence du Canada pour le loyer commercial (AUCLC) et de le prolonger jusqu’en septembre, notamment.

Le sondage indique qu’un peu plus d’un professionnel sur deux de la santé du secteur privé est d’avis que la nouvelle réalité va entraîner une augmentation des prix.

François Vincent a rappelé, jeudi dans un communiqué, que «la situation est inquiétante» et que «les gouvernements peuvent jouer un rôle clé en offrant l’aide nécessaire à ces PME afin qu’elles puissent survivre et remplir pleinement leur mandat auprès de leurs patients».