/news/transports
Navigation

Pas d’argent public dans Air Canada, exhorte l’Abitibi-Témiscamingue

Coup d'oeil sur cet article

« Révolté » face à la décision d’Air Canada de suspendre indéfiniment certaines liaisons régionales, le président de Tourisme Abitibi-Témiscamingue exhorte les gouvernements à ne pas verser un sou à cette compagnie aérienne qui se «fout de ses clients».

• À lire aussi: Des municipalités lancent un SOS à Québec et Ottawa

• À lire aussi: Liaisons régionales abandonnées: Anglade propose une alliance aérienne québécoise

«Je suis choqué, outré. Ils se foutent de nous ! Ce transporteur-là abuse de son pouvoir», peste Émilien Larochelle, sous le choc à l’annonce de l’abolition pour une période indéterminée du vol d’Air Canada reliant Val-d’Or et Montréal.

Pour le président de Tourisme Abitibi-Témiscamingue, cette décision est la goutte qui fait déborder le vase. C’est que depuis plusieurs années, le transporteur aérien offre une qualité de service plutôt négligeable dans la région, selon lui.

«Bris de service, reports et annulations de transport sans avertissement, impossibilité de parler à qui que ce soit pour avoir de l’information. Comment voulez-vous qu’on puisse faire confiance à cette compagnie-là? Comment voulez-vous que notre région se développe avec un service aérien de cette qualité-là?» questionne-t-il avec amertume.

M. Larochelle demande aux autorités de ne plus injecter d’argent public dans Air Canada et de concentrer plutôt leurs efforts sur les compagnies aériennes locales, dont Air Creebec, qui «sont plus sensibles aux demandes et aux besoins des voyageurs». 

«Air Canada ne veut pas contribuer à la relance de l’industrie touristique ou aider les régions à être plus accessibles : ils veulent avoir de bons rendements. Nous, on ne leur fait plus confiance», tranche le président de Tourisme Abitibi-Témiscamingue.

Ras le bol

À en croire M. Larochelle, l’ensemble de l’industrie touristique de la région est exaspéré face aux pratiques d’Air Canada. Selon lui, le transporteur devrait simplement abandonner la desserte régionale. «Retirez-vous complètement et on va s’arranger», insiste-t-il.

«On est écœurés. On est tannés de se faire exploiter par ces gens-là. Ils se foutent des clients. On veut que nos gouvernements leur ordonnent d’arrêter de jouer à ce jeu-là et surtout, qu’ils arrêtent de mettre de l’argent dans cette compagnie-là», martèle M. Larochelle.

Impacts multiples

La décision récente d’Air Canada a pour conséquence d’isoler l’est de la région, en plus d’avoir des impacts négatifs sur son industrie touristique et économique, déplore-t-il. 

«Comment voulez-vous qu’on ne soit pas révoltés d’être traités comme ça? On est tannés de faire rire de nous autres», termine M. Larochelle.