/lifestyle/hangout
Navigation

Jardins québécois à visiter

Coup d'oeil sur cet article

Visiter un jardin est une expérience des plus agréables, riche en découvertes, qui vous permettra de vivre un peu de dépaysement durant cet été où voyager dans notre belle province est de mise. Voici donc la description de deux des plus beaux jardins du Québec dont je vous suggère de faire la visite durant vos vacances estivales.

Jardins de Métis 

Photo courtoisie, Louise Tanguay

Situés à la porte de la Gaspésie, les Jardins de Métis sont réputés pour leur histoire et leur grande beauté. Ces jardins sont l’œuvre d’Elsie Reford qui débuta leur création durant les années 1920. Quelques décennies après le décès de Mme Reford, en 1995, son arrière-petit-fils Alexander Reford a fondé une organisation à but non lucratif qui a fait l’acquisition des Jardins de Métis. Près d’un siècle plus tard, les jardins continuent d’impressionner et de faire rêver les visiteurs.  

L’aménagement le plus représentatif des Jardins de Métis est sans contredit l’Allée royale, qui est constituée d’un sentier de pierres long de 90 mètres bordé par deux plates-bandes réalisées dans le plus pur style anglais. Au tout début de juillet c’est la floraison des pivoines qui donne le ton à cet aménagement. La collection d’Elsie Reford comptait à l’époque 42 espèces et cultivars et on retrouve aujourd’hui dans les deux plates-bandes de l’Allée royale plus de 200 plants de pivoines !

Les Jardins de Métis comptent une impressionnante collection de primevères.
Photo courtoisie, Les Jardins de Métis
Les Jardins de Métis comptent une impressionnante collection de primevères.

Les Jardins de Métis comprennent aussi quelques autres aménagements qui ont été créés par Elsie Reford. L’un de ceux-ci est une grande rocaille dans laquelle poussent des géraniums vivaces, des iris, des lis, des rosiers ainsi que de nombreuses plantes couvre-sol, telles que des campanules et des œillets. Au centre de cet aménagement, appelé High Bank, coule un joli ruisseau. Finalement, une partie boisée, ombragée et fraîche, abrite diverses plantes de sous-bois, dont certaines orchidées indigènes du Québec ainsi qu’une impressionnante collection de primevères.

Photo courtoisie, Martin Bond

En terminant, le Festival international de jardins se déroule chaque été depuis maintenant plus de 20 ans sur le site même des Jardins de Métis. Le public peut y contempler plusieurs œuvres paysagères, toutes plus singulières et originales les unes que les autres, créées par des horticulteurs, des designers et des architectes paysagers provenant des quatre coins de la planète.


Pour obtenir plus d’informations et acheter vos billets, visitez le site internet jardinsdemetis.com ou composez le (418) 775-2222. Les Jardins de Métis sont situés au 200 route 132, à Grand-Métis. 

Jardins du Grand-Portage 

Photo courtoisie, Les Jardins du Grand-Portage

En 1979, charmés par la beauté des paysages de la région de Lanaudière, Diane Mackay et Yves Gagnon décidèrent d’acheter une ferme bordant la rivière Maskinongé. Sur la terre de deux acres dont ils firent l’acquisition se dressait une vieille grange qu’ils transformèrent graduellement en une habitation originale et pittoresque, parfaitement intégrée au milieu environnant. Avec passion et persévérance, au fil des ans, ils créèrent près de leur résidence de spectaculaires jardins écologiques. Les Jardins du Grand-Portage sont aujourd’hui composés d’une foison d’arbres majestueux, d’arbustes fruitiers, de légumes ainsi que de plantes aromatiques et médicinales.

Puisqu’il avait été pendant de nombreuses décennies entièrement voué à l’agriculture, le terrain qu’ils venaient d’acheter était complètement dénudé, sans arbres, fortement exposé aux vents. Ils entreprirent la plantation de 20 000 arbres afin de créer des brise-vent. Ils plantèrent une grande variété d’espèces, dont des bouleaux, des caryers, des chênes, des épinettes, des érables, des frênes, des noyers et des pins. 

Un potager biologique

Dès la première année, ils créèrent également leur premier potager biologique. Durant les cinq ou six années qui suivirent, ils cultivèrent un acre de terre et leur production de légumes bios fut alors presque entièrement vendue sous forme de paniers.

L’immense potager des Jardins du Grand-Portage est divisé en plusieurs sections, ce qui permet de pratiquer la rotation des cultures. Ainsi, les végétaux gourmands et exigeants tels que les concombres, les courges, les melons et les tomates sont cultivés dans une section différente du potager chaque année afin d’éviter l’appauvrissement du sol. L’année suivant la culture de ces plantes exigeantes, la parcelle de terre est recouverte d’un engrais vert qui sera ensuite enfoui dans le sol afin de l’enrichir.

Yves a un faible pour les cultivars de tomates ancestraux, tels que « Savignac », une variété qui a été développée au milieu du XXe siècle par le frère J. Armand Savignac, un clerc de Saint-Viateur de Joliette. Il s’agit d’une variété très robuste et bien adaptée au climat québécois qui produit une abondance de gros fruits roses particulièrement succulents. Pour sa part, Diane cultive de nombreuses plantes médicinales et fleurs comestibles. Dans les Jardins du Grand-Portage, on retrouve entre autres de la mélisse, de la cataire, du chardon-Marie, de la consoude et de l’échinacée.

La contribution des fleurs

Les fleurs contribuent activement à la pollinisation du potager.
Photo courtoisie, Les Jardins du Grand-Portage
Les fleurs contribuent activement à la pollinisation du potager.

Aux Jardins du Grand-Portage, le mariage des fleurs aux plantes potagères n’est pas effectué dans un but purement esthétique. Outre le fait que plusieurs de ces plantes à fleurs sont comestibles et qu’elles possèdent des vertus médicinales, elles permettent en plus d’attirer de nombreux insectes pollinisateurs. La contribution des insectes pollinisateurs en horticulture et en agriculture est considérable. Le rendement de très nombreuses cultures est directement influencé par la présence de ces insectes. Plusieurs agriculteurs louent d’ailleurs des ruches qu’ils installent près de leurs champs afin d’obtenir de bonnes récoltes. Ainsi, les abricots, les amandes, les cerises, les concombres, les courgettes, les fraises, les melons, les pêches, les pastèques, les poires, les poivrons, les pommes, les prunes, les tomates et les graines de tournesol sont produits grâce à la pollinisation effectuée par les insectes pollinisateurs.


Durant la saison 2020, les Jardins du Grand-Portage sont ouverts à partir du 11 juillet jusqu’au 30 août. Durant l’été, les visites libres ont lieu de 10 h à 17 h tous les jours (10 $ par personne, gratuit pour les enfants de 12 ans et moins). Pour informations et réservations : jardinsdugrandportage.com ou composez le (450) 835-5813. Les Jardins du Grand-Portage sont situés au 800 chemin du Portage, à Saint-Didace.