/finance/business
Navigation

Ubisoft: le vice-président Maxime Béland démissionne sur fond d'allégations de comportements inappropriés

Ubisoft
PHOTO d'archives, AFP

Coup d'oeil sur cet article

Le vice-président éditorial chez Ubisoft, Maxime Béland, a démissionné de ses fonctions à la suite d’allégations de comportements inappropriés portées contre lui, a annoncé vendredi la direction de l’éditeur français de jeux vidéo. 

«Je voulais vous informer que Maxime Béland, vice-président éditorial, a démissionné de ses fonctions chez Ubisoft, avec effet immédiat. Nous poursuivons toutefois l’enquête que nous menons sur les allégations portées contre lui», a écrit dans un message Yves Guillemot, le PDG d’Ubisoft, sans préciser la nature exacte de ce qui lui est reproché.

Maxime Béland, qui a passé de nombreuses années chez Ubisoft, dont certaines à Toronto, s’est notamment fait connaître dans l’industrie avec son travail sur les projets Splinter Cell: Blacklist (2013) et Splinter Cell: Conviction (2010), selon le site IMDb.

Un autre haut placé chez Ubisoft, Tommy François, également vice-président, a pour sa part été placé «en mise à pied conservatoire, dans l’attente des conclusions de l’enquête le concernant», a confirmé M. Guillemot.

«Une autre personne de notre studio de Toronto a été licenciée pour avoir eu des comportements allant à l’encontre de ce qu’Ubisoft attend de ses collaborateurs, a mentionné le PDG. D'autres enquêtes se poursuivent, et seront menées avec toute la rigueur requise. Nous ne pouvons tolérer les comportements inappropriés sur le lieu de travail et nous continuerons à prendre des mesures disciplinaires contre toute personne ayant des comportements de harcèlement, de discrimination ou toute autre attitude enfreignant notre Code de bonne conduite.»

Ces derniers développements ont eu lieu dans la foulée des récentes allégations sur les réseaux sociaux d’inconduites sexuelles dans l’industrie des jeux vidéo.