/news/currentevents
Navigation

Un tour de tracteur décime une famille

Trois enfants sont décédés et sept autres personnes ont été blessées après avoir été éjectées de la pelle du véhicule

Coup d'oeil sur cet article

Trois sœurs et jeunes mères de famille sont au cœur d’un drame épouvantable qui a secoué un village de la Montérégie, mercredi, alors que trois enfants sont morts éjectés de la pelle d’un tracteur.

• À lire aussi: Cinq enfants blessés après être tombés de la pelle d’un tracteur

• À lire aussi: Accident de tracteur mortel : le conducteur accusé de négligence criminelle

La tragédie d’une tristesse innommable s’est jouée en début de soirée chez un agriculteur du rang Sainte-Anne, à Notre-Dame-de-Stanbridge. 

Au lendemain de l’accident, les voisins et proches des victimes, complètement ébranlés, avaient peine à s’exprimer tellement l’événement funeste les affectait. 

À l’occasion de la fête du Canada, un homme de 38 ans et sa femme accueillaient la famille de celle-ci sur leur grand terrain de campagne pour une soirée festive. Le rassemblement semblait bien se dérouler, comme en témoignaient jeudi matin plusieurs jouets pour enfants toujours visibles sur la terrasse arrière de la résidence.

Des traces de freinage et de sang partiellement nettoyées étaient visibles sur le rang Sainte-Anne au lendemain de la tragédie qui a secoué Notre-Dame-de-Stanbridge, une petite municipalité d’environ 700 âmes en Montérégie.
Photo Agence QMI, Maxime Deland
Des traces de freinage et de sang partiellement nettoyées étaient visibles sur le rang Sainte-Anne au lendemain de la tragédie qui a secoué Notre-Dame-de-Stanbridge, une petite municipalité d’environ 700 âmes en Montérégie.

Un feu de camp

Il était environ 19 h lorsque le propriétaire des lieux, connu comme un homme travaillant et aimable par les résidents du secteur, s’est absenté pour aller chercher du bois dans une grange afin d’allumer un feu. 

Dans un contexte qui n’a toujours pas été précisé, plusieurs membres de sa famille, soit six enfants et quatre adultes, ont pris place dans la pelle de son tracteur afin de l’accompagner. Le conducteur avait également décidé d’emmener son fils de 2 ans avec lui dans la cabine du véhicule agricole. 

Après avoir chargé sa pelle de bois, tous les passagers ont regagné leur place dans celle-ci, et le chauffeur a emprunté le rang Sainte-Anne afin de retourner chez lui. 

« Pour une raison indéterminée, toutes les personnes qui se trouvaient dans la pelle ont soudainement été éjectées au sol », a indiqué la sergente Ingrid Asselin, porte-parole de la Sûreté du Québec (SQ). 

Tragiquement, les deux nièces du conducteur, âgées de 1 et 3 ans, ainsi que son neveu de 5 ans sont morts sur le coup. Trois autres enfants, dont le sien, ont subi de graves blessures. De plus, quatre adultes ont été blessés, dont deux reposaient dans un état critique jeudi soir, incluant la sœur de la femme de l’agriculteur.

L’alcool en cause ?

Des reconstitutionnistes de la SQ ont été dépêchés sur les lieux peu de temps après le drame afin de tenter de comprendre ce qui aurait pu le causer. La police évaluera si la conduite du père de famille a pu être affectée par l’alcool, mais il n’a fait l’objet d’aucune accusation en ce sens lors de sa comparution jeudi. 

Le tracteur a été saisi et fera l’objet de plusieurs expertises afin de déterminer si un bris mécanique pourrait être à l’origine de la tragédie. 

« On a tous fait ça quand on était petits, embarquer dans la boîte d’un pick-up ou dans la pelle d’un tracteur, lance un voisin qui préfère demeurer anonyme. Depuis ce matin [jeudi], j’ai le motton dans le ventre. »

Comme c’est le cas chaque fois que des enfants sont impliqués dans un accident grave, les intervenants d’urgence ont été extrêmement secoués, et de l’aide psychologique leur a été offerte. 

« Ils sont formés pour ça, mais c’est évident que ce sont des scènes horribles à voir et difficiles à gérer », a expliqué Francis Brisebois, porte-parole de l’entreprise ambulancière Dessercom. 

– Avec la collaboration d’Erika Aubin, de Roxane Trudel et d’Andrea Valeria