/lifestyle/columnists
Navigation

Comment sortir d’un pareil cauchemar?

Coup d'oeil sur cet article

À l’automne dernier lors d’un séminaire organisé par mon employeur, j’avais fait la connaissance d’un homme qui m’avait chaviré le cœur d’un coup. Je le croisais déjà au bureau avant, mais je n’avais jamais remarqué l’aura d’attirance qui se dégageait de lui pour venir vers moi. Nous avions beaucoup parlé ensemble pendant les deux jours de l’événement, et nous nous étions donné rendez-vous au restaurant pour la semaine suivant notre retour.

Comme vous vous en doutez peut-être, ce rendez-vous s’est terminé à l’hôtel. Il fut suivi par quelques autres dans les mois qui suivirent, jusqu’à ce que la pandémie frappe le Québec et nous enferme chacun chez soi en télétravail. L’espoir de le revoir ne m’a jamais quittée pendant tout ce temps, même si les occasions de se parler furent extrêmement rares.

Comme il est en couple et que moi aussi je le suis, et mariée en plus, il ne souhaitait pas mettre la puce à l’oreille de sa blonde en prenant des risques. Pendant tout le temps du confinement, l’idée de le revoir me permettait de garder le moral. Car avec mon mari, le sentiment amoureux ne tient plus que par un fil, même si lui pense le contraire.

Quand le retour au travail fut décrété, je ne me possédais plus tant j’avais envie d’une rencontre clandestine avec mon amoureux. Malheureusement, la seule que nous avons eue s’est très mal passée. Il m’a annoncé de but en blanc que c’était fini entre nous. Qu’il garderait un beau souvenir de notre aventure, mais qu’il ne souhaitait pas poursuivre. Le confinement lui avait fait prendre conscience qu’il aimait toujours sa blonde, qu’il n’avait aucune envie de la laisser, et que de continuer à lui jouer dans le dos ne faisait pas partie de ses plans.

J’étais effondrée. Lors de nos dernières communications téléphoniques, j’avais bien senti une certaine gêne de sa part, mais j’attribuais ça à la longue période d’éloignement que nous venions de vivre, comme un écho avec le proverbe qui dit « Loin des yeux loin du cœur ».

Mais je ne parviens pas à me sortir cet homme de la tête, et comme on se croise fréquemment au bureau, ça ne m’aide pas à l’oublier. De son côté, il me salue comme il salue tout le monde. Je sens très bien que je ne fais plus partie de sa vie, même si je garde un mince espoir au fond de moi.

J’aurais besoin de comprendre ce qui m’arrive, car j’ai l’impression que cette passion qui sera à jamais inassouvie m’aide quand même à vivre, à supporter un quotidien que je trouve de plus en plus moche. Suis-je en train de devenir folle selon vous ?

Fille troublée

À quoi vous sert d’entretenir cette passion pour un homme qui a, pour sa part, fait le choix de vous mettre de côté ? Est-ce une façon de vous échapper d’un quotidien qui ne va pas selon vos désirs ? Qu’est-ce qui manque à votre existence pour lui trouver de nouveau de l’intérêt ?

Qu’est-ce qui s’est délité dans votre vie de couple pour qu’elle ne vous fasse plus vibrer ? Est-ce parce que la routine s’y est installée sans que ni vous ni votre conjoint ni portiez attention ? Est-ce cela qui vous a mené vers un autre ? 

Il me semble évident qu’il y a un manque quelque part dans votre vie pour que vous demeuriez ainsi obsédée par une aventure, de toute évidence sans lendemain. Vous seule pouvez trouver l’origine de ce manque qu’il va falloir combler pour sortir de cette impasse. Comme il y a un certain masochisme à continuer à vous faire souffrir inutilement, ne pensez-vous pas que déployer des énergies pour vous attaquer à la cause de votre mal-être serait un investissement plus profitable ?