/lifestyle/sexromance
Navigation

La méditation orgasmique

Hand sign orgasm of woman on white bed. Hand of female pulling white sheets in ecstasy. Feeling and emotion concept. Love sex concept.
Photo Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

Si l’idée de porter une attention toute particulière au clitoris vous intéresse, cette chronique est peut-être pour vous. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, la méditation orgasmique, OM pour les intimes, ne se veut ni une pratique sexuelle ni une pratique orientée sur la performance ou même l’atteinte d’un objectif. Il est plutôt question ici de s’occuper des sensations que le corps procure à travers des touchers et un contact étroit accompagné tout au long du moment d’intimité d’échange et de communication.  

Point de contact

Les séances officielles se déroulent sous des mains professionnelles, du moins dans certaines parties du globe. La méditation orgasmique, pratique qui se dit non sexuelle, consiste donc à lâcher « prise sur l’objectif de donner ou de prendre du plaisir. Comme en méditation, on observe sa respiration, ses sensations et dès que des pensées apparaissent, on essaie de revenir aux sensations », explique la coach en méditation orgasmique Emmanuelle Duchesne. Elle précise d’ailleurs que la pratique doit se faire avec des gants en latex et du lubrifiant. Le clitoris, point de contact, est le canal par lequel passent les sensations. Elles se diffusent ensuite dans le reste du corps.

Inspirée de la méditation pleine conscience, la méditation orgasmique offre la possibilité à la personne d’accueillir les sensations, de façon bienveillante et sans jugement (ou souci de performance). La pratique se fait à deux personnes. Des étapes précises consistent à établir le cadre de la pratique et puisque le protocole est toujours le même, cela permet une réplicabilité. Pendant 15 minutes, une des deux personnes stimule le clitoris de l’autre, sans autre but que celui d’offrir à la personne qui reçoit l’opportunité d’être à l’écoute de toutes les sensations corporelles et génitales que son corps a à lui offrir : toujours sans jugement de valeur. Mais cela ne s’arrête pas au fait d’accueillir toutes les sensations. Il s’agit en fait de partager, avec des mots, ce qui est ressenti. Selon l’instigatrice de la pratique, Nicole Daedone, l’OM (orgasmie méditative) permet non seulement une meilleure conscientisation des sensations, mais elle facilite également l’apprentissage du plaisir et une meilleure communication avec l’autre. Le clitoris étant le point de contact.

Comment se déroule une séance ?

Sorte de rituel, ce moment se veut à la fois un instant de pause et un temps pour se détendre avec lenteur et bienveillance. C’est pourquoi le protocole de pratique indique qu’il est nécessaire de créer une sorte de bulle pour « OMer », comme le disent les adeptes. Le plus souvent, les séances se déroulent en présence d’un coach (du moins aux États-Unis). Une personne s’occupe de préparer adéquatement l’endroit où l’autre va « ouvrir » son corps aux sensations. Un tapis sur le sol, un coussin sous les hanches et vêtu (du moins le haut du corps), l’expérience peut commencer. Ni la séduction ni l’excitation sexuelle ne doivent être attendues. Top chrono, c’est parti ! 13 minutes de caresses et les deux dernières, plus lentes et plus longues, suffisent à compléter la séance de 15 minutes.

1. Aimerais-tu Omer ?

2. Préparation du nid

3. Mise en position

4. « Je vais toucher tes cuisses » et... description de son sexe, de façon neutre

5. Gants et lubrifiant

6. « Je vais toucher ton sexe »

7. 13 minutes de caresses, puis les 2 dernières, plus lentes, plus longues 

8. Partage de sensations

Toujours dépouillés d’érotisme, les touchers progressent, millimètre par millimètre, guidés sans cesse par la personne qui reçoit. À la fin, la personne qui offre les caresses peut appliquer une pression à l’aide de la paume de sa main sur le sexe pour « arrêter » la tumescence : les sensations s’arrêtent net et le débriefing peut alors commencer. C’est l’échange, basé sur la parole et l’écoute. Inspiré.e.s ?


Sources : Méditation orgasmique, Bataillon, C.B. (2018). Méditation orgasmique : étude exploratoire auprès de couples hétérosexuels (Mémoire, Université de Louvain-La-Neuve) et Doctissimo