/weekend
Navigation

Soif de changer

WE 0704 Nutrition
Photo Jean-Francois Desgagnés

Coup d'oeil sur cet article

Julie Baron a connu une perte de poids substantielle en passant de 255 à 158 livres grâce aux modifications importantes qu’elle a apportées à ses habitudes de vie. L’activité physique fait partie intégrante de son quotidien maintenant et la fermeture des centres d’entraînement n’allait certes pas la démotiver. Entrevue avec une fille qui a soif de bouger et de bien manger, peu importe les circonstances.

Julie a toujours eu des problèmes de poids. Elle était une enfant en surpoids et a traîné un excès de poids jusqu’à la mi-quarantaine. Elle a souffert d’intimidation à l’école alors qu’elle n’était jamais choisie notamment pour les équipes lors des cours d’activité physique. 


Quel a été l’élément déclencheur qui a motivé ta démarche de perte de poids ?

Une visite chez mon médecin de famille qui m’incitait à revoir mes habitudes en 2017. J’avais 45 ans et je pesais alors 255 livres (pour une taille de 5 pi 2), je souffrais du foie gras, ma glycémie était trop élevée et je prenais des médicaments pour l’hypertension. Ma mère était décédée de complications liées à son diabète. Je savais que je devais faire quelque chose, mais toutes les diètes effectuées jusque-là n’avaient pas fonctionné à long terme. 

Julie Baron, 47 ans, a évité la chirurgie bariatrique en perdant 100 lb.
Photo Jean-Francois Desgagnés
Julie Baron, 47 ans, a évité la chirurgie bariatrique en perdant 100 lb.

Je perdais 50 livres, mais j’en reprenais 70 ! J’étais donc inscrite sur la liste d’attente pour une chirurgie bariatrique. En parallèle, j’ai appliqué au concours de l’émission Maigrir pour Gagner animée par Chantal Lacroix. Je n’ai pas été sélectionnée pour l’émission, mais Chantal nous a encouragés à débuter notre démarche de perte de poids, car on avait toujours la possibilité d’intégrer l’émission plus tard dans la saison si notre perte de poids était significative. En prime, comme participant finaliste, j’ai pu obtenir un abonnement d’un an dans un centre Énergie Cardio. C’est à partir de ce moment que ma vision des choses a changé. À ce moment-là, je me n’engageais pas dans un régime, mais j’avais décidé de changer mon MODE DE VIE. 


Quels sont les premiers changements que tu as apportés à tes habitudes de vie ?

J’ai débuté l’entraînement et j’y ai pris goût ! Je me suis payé un entraîneur deux fois par mois et il devait même me freiner, car je m’entraînais 6 jours sur 7 et il devait m’arrêter, car je voulais y aller tous les jours. J’étais grandement motivée par le fait de pouvoir rentrer dans l’émission si je perdais suffisamment de poids. Côté alimentation, je me suis mise à calculer mon apport calorique et je suivais une approche de 1400 calories par jour. Je rentrais tout dans l’outil Fitness Pal. J’ai réussi à perdre 80 livres d’avril 2017 à décembre 2017. Contrairement à mes tentatives passées de perdre du poids, cette fois a été la bonne. Tout a changé dans ma tête, et ça a fait la différence !

WE 0704 Nutrition
Photo courtoisie

As-tu parfois le goût d’abandonner ?

Même si je n’ai jamais fait partie de l’émission, j’ai eu le bonheur de côtoyer des gens qui étaient aussi en démarche de perte de poids lors des grands rassemblements organisés partout au Québec par Chantal Lacroix. Au Gala, lors de la finale, j’ai pu monter sur scène devant des centaines de personnes, car je figurais parmi les participants aux rassemblements qui avaient perdu le plus de poids. J’étais fière d’avoir atteint mon objectif. Je suis aujourd’hui à 158 livres et je le maintiens. J’avoue que ce n’est pas toujours facile, il y a des journées plus difficiles que d’autres. Mon conjoint Sylvain m’aide énormément, il a toujours cru en moi et si mon énergie ou ma motivation chute, il est là pour me motiver. Je publie aussi sur ma page Facebook ce que je fais et les commentaires des gens m’aident à persévérer, je constate que je suis devenue une source de motivation pour eux. Tout au long de ma démarche, c’est la force d’un groupe qui m’a aidée le plus, nous sommes plusieurs de la région de Québec à nous entraîner et motiver ensemble. C’est ce qui a fait la différence ! Je m’entraîne aussi avec ma fille et je gravis des montagnes avec mon conjoint. Bouger, on le fait en famille !


Quel a été l’impact de la fermeture des gyms sur ton niveau d’activité physique ?

J’ai continué à faire de la course extérieure, j’ai fait du vélo intérieur et j’ai fait de la musculation. J’ai fait des cours en ligne sur le site d’Énergie Cardio et mon entraîneur a continué à m’entraîner en FaceTime. L’entraînement est comme une drogue pour moi, la COVID ne n’a pas ralenti mon rythme d’entraînement ! J’ai même créé une page Facebook et, en gang, on compilait nos minutes d’entraînement à distance avec des objectifs précis. Rien de plus motivant que l’effet du groupe, même à distance. 


Que fais-tu aujourd’hui pour maintenir ton poids ?

Je m’entraîne 5 fois par semaine. Ça me prend un objectif. J’ai fait mon premier triathlon sprint l’année dernière et je suis inscrite au triathlon olympique (1,5 km de nage, 40 km de vélo et 10 km de course) de Victoriaville en juillet prochain. Je continue à manger entre 1600 et 1800 calories par jour. Cette méthode fonctionne pour moi. J’ai aussi consulté une nutritionniste et, depuis, j’ai intégré les collations et je mange aux trois heures. J’ai haussé la teneur en protéines de mes petits déjeuners et je me sens bien rassasiée. Avec le confinement, pour éviter de trop me fragiliser, j’ai recommencé à écrire tout ce que je mangeais, pour prendre conscience de mes apports alimentaires. 


Quels sont les bienfaits de tes nouvelles habitudes de vie

Aujourd’hui, j’ai cessé la médication pour l’hypertension, mon foie est normalisé tout comme ma glycémie. Mon médecin n’en revient pas. J’ai même été appelée pour l’opération bariatrique, en disant à la dame de laisser tomber, car j’avais perdu plus de 80 livres, elle a répondu que de toute façon mon nom restait sur la liste pendant une période de cinq ans, j’ai alors rétorqué : oubliez cela, comprenez bien que je ne reprendrai jamais le poids perdu, vous pouvez enlever mon nom, mon surplus de poids, c’est du passé ! Je me suis fait retirer l’excès de peau aussi en juillet 2018, j’ai ainsi réglé mes problèmes de dos. Je suis une nouvelle femme et mon niveau d’énergie est à son comble.

Julie Baron, avant/après sa perte de poids
Photo courtoisie
Julie Baron, avant/après sa perte de poids

Côté alimentation, quels sont tes meilleurs conseils ?

D’organiser ses menus de la semaine, chaque dimanche, je sors les recettes et je planifie la liste d’épicerie. En planifiant tout d’avance, je sais que je ne manquerai pas de temps pour cuisiner santé. Quand je sens que ça va un peu moins bien, je recommence à écrire ce que je mange, ça m’aide beaucoup, car nous ne sommes pas toujours conscients de ce que l’on mange et ce que l’on boit dans une journée. 


Vis-tu avec la peur de reprendre le poids perdu ?

Oui, j’ai même consulté un psychologue pour m’aider avec cette crainte. Ça m’a beaucoup aidée, on s’entend que je ne peux reprendre 80 livres en quelques jours. Je me permets aujourd’hui de manger des desserts, gâteaux d’anniversaire et autres douceurs, tout est une question de fréquence. J’ai appris à ne plus me sentir coupable en mangeant des aliments plaisir, pas nécessairement santé. 


Quels conseils donnerais-tu à quelqu’un qui désire perdre du poids, mais qui voit cela comme une montagne ?

De ne jamais se décourager. Si moi, qui n’étais pas en forme et avais peu d’estime de soi a réussi, tout le monde peut le faire ! Un pas à la fois. Le support du groupe a fait toute la différence pour moi, même pendant la Covid. Pourquoi ne pas demander à des collègues, amis, conjoints de participer avec nous, ça peut faire toute la différence.  

Julie Baron, après sa perte de poids
Photo courtoisie
Julie Baron, après sa perte de poids

♦ Pour découvrir l’outil utilisé par Julie pour calculer son apport calorique journalier lors de son processus de perte de poids : www.myfitnesspal.com

♦ Très pratique pour prendre conscience de ses habitudes alimentaires et de son apport énergétique réel, cet outil peut s’avérer très utile dans un processus de perte de poids. À long terme, on suggère toutefois de délaisser le calcul calorique pour laisser place aux principes de l’alimentation intuitive, laquelle repose sur le respect des signaux de faim et de satiété.